Des formations pour 430 demandeurs d’emploi à Liege Airport

52
PH. BELGA NICOLAS LAMBERT

Liege Airport et le Forem se sont associés au sein d’une task force en vue d’organiser des formations de demandeurs d’emploi et ainsi répondre aux besoins de main d’œuvre des quatre opérateurs assurant la manutention (handling) des marchandises sur le site de l’aéroport liégeois.

Quelque 430 emplois sont susceptibles d’en découler, a indiqué Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem, lors de la présentation de cette task force au sein de l’entreprise LACHS.

Trois métiers

Trois métiers nécessitant des profils spécifiques ont été identifiés: agent d’entrepôt de fret aérien, employé de bureau de fret aérien et agent de piste. Les premières formations qui seront dispensées, dès début mars, concernent le métier d’agent d’entrepôt de fret aérien. Le module de 12 semaines, dont quatre de stage au sein des installations d’un des opérateurs de handling, s’adresse aux demandeurs d’emploi sans diplôme.

« On s’engage à former quelque 200 personnes par an au sein du Centre de compétence Forem Logistique. À l’issue de la formation, le demandeur d’emploi obtiendra son brevet de cariste complet. Toutes les cinq semaines, un groupe de 12 demandeurs d’emploi entrera en formation », précise l’administratrice générale du Forem.

800 emplois à long terme

Chez LACHS, le nombre de contrats est passé de 160 à 328 en trois ans. L’opérateur est d’autant plus en demande de main d’œuvre qualifiée qu’il dispose désormais de 12.000 m² supplémentaires pour développer son activité. « L’objectif est d’arriver à moyen terme à 800 emplois », a indiqué Fabrizio Giancola, directeur des ressources humaines chez LACHS, sans pour autant pouvoir préciser le pourcentage de futurs brevetés susceptibles d’y être embauchés.

Cette task force s’inscrit dans le cadre de l’opération « Coup de poing pénuries » lancée par le ministre wallon de l’Économie, Pierre-Yves Jeholet. « Cette opération Coup de poing prévoit que les partenaires embauchent 80 % des demandeurs d’emploi ayant suivi la formation. Aussi, vu l’engagement du public via le Forem, si une personne réussit la formation et que cela se passe bien, il doit y avoir engagement », a souligné, pour sa part, le ministre Jeholet.