Les insectes disparaissent et c’est une catastrophe pour l’humanité

246
AFP / Joel Saget

Selon un rapport scientifique mondial, les insectes pourraient disparaître d’ici un siècle si leur taux de déclin se poursuit à la vitesse actuelle, d’après le Daily Mail.

Une étude accablante a en effet révélé que près de 41% de toutes les espèces d’insectes sont en déclin, et leur disparition déclenchera inévitablement un « effondrement catastrophique » des écosystèmes de la planète.

Des scientifiques de l’Université de Sydney ont révélé que la masse totale d’insectes diminuait de 2,5% par an et pouvait disparaître d’ici un siècle, d’après cette étude parue dans Biological Conservation.

Pendant longtemps, les insectes ont été présentés comme les « grands survivants » du règne animal, assurant qu’il faudrait atteindre un degré de destruction incroyable pour les éradiquer définitivement. Mais cela pourrait finalement arriver.

Les chercheurs ont toutefois insisté sur le fait qu’ils n’étaient pas alarmistes, et qu’ils espéraient surtout sensibiliser le public au problème de la conservation des insectes.

Mais leurs découvertes s’appuient néanmoins sur des affirmations antérieures selon lesquelles la Terre est entrée dans sa sixième extinction de masse -la première depuis la chute d’un astéroïde géant au Mexique et la mort des dinosaures il y a 66 millions d’années.

La vitesse à laquelle les insectes disparaissent est huit fois plus rapide que celle des mammifères, des oiseaux et des reptiles.

Une disparition sans précédent

Les chercheurs ont constaté que le nombre d’insectes diminuait à un rythme sans précédent, ce qui les a incités à lancer un avertissement au public.

Les chiffres montrent en effet que près de 53% des espèces de papillons ont diminué au cours de la dernière décennie, tandis que 46% des espèces d’abeilles sont en déclin.

Le groupe le plus touché est celui de la phrygane avec 68% des espèces en déclin, mais les libellules et les dendroctones ont également connu une baisse significative de 37% et 49% respectivement.

L’agriculture intensive a été identifiée comme étant « la cause fondamentale du problème », mais les chercheurs ont pointé du doigt d’autres facteurs comme le changement climatique, l’urbanisation, la perte d’habitat, la maladie et l’introduction d’espèces envahissantes.

Les insectes sont « essentiels » pour tous les écosystèmes en raison de leur rôle dans la pollinisation des plantes et des fleurs, et en tant qu’aliment pour d’autres espèces, expliquent les chercheurs. Toute diminution importante de la quantité d’espèces d’insectes aura également un impact énorme sur les humains.

« Si le déclin du nombre d’espèces d’insectes n’est pas arrêté, cela aura des conséquences catastrophiques pour les écosystèmes et pour la survie de l’humanité », a expliqué Francisco Sánchez-Bayo, de l’Université de Sydney.