La nature attractive de Julien Daffe

40

Parmi les individus qui éveillent les consciences écologiques, nous oublions parfois que les artistes peuvent également jouer un rôle en parlant directement à l’âme des gens. Avec le beau, on éveille l’individu de l’intérieur, comme l’explique Julien Daffe, qui utilise la peinture et le dessin pour représenter son intériorité, habitée par la nature sous toutes ses formes.

«J’ai grandi jusqu’à mes deux ans dans une caravane au milieu de la nature», raconte l’artiste bruxellois de 38 ans. «Peut-être est-ce pour cela que je me sens si proche des éléments naturels. J’ai l’impression également d’avoir développé un lien universel avec le monde qui m’entoure, le vivant». Dans ses toiles et ses compositions, en effet, il intègre des cailloux, du sable, des feuilles d’érable, des couleurs, qui rappellent les quatre saisons… Tout cela, bien sûr, sans utiliser de produits toxiques et polluants.

Écologiste utopiste

Julien Daffe a toujours dessiné et peint. Ses études en restauration d’œuvres d’art lui ont apporté des bases solides en termes de chimie et de produits utilisés dans le secteur des arts plastiques. Il se définit lui-même comme un écologiste utopiste et a d’ailleurs créé ses propres mélanges afin d’éviter les peintures polluantes comme l’acrylique et les solvants toxiques, comme le white spirit ou la térébenthine. «J’ai tâtonné en m’inspirant de ce qui se faisait il y a des siècles. J’ai fini par créer un mélange très efficace à base de collagène naturel de peau de lapin, d’huile de lin et d’œuf. Comme une mayonnaise! À laquelle je rajoute les pigments. Puis, un jour, les peintures à l’huile écologiques, composées finalement à peu près comme mes mélanges, ont fait leur apparition. Ça m’a fait gagner beaucoup de temps.» Même ses toiles sont «naturelles»: en lin, principalement, «comme aux siècles passés, parce que le lin est une matière brute et que c’est un support idéal.»

«Un art intellectuel, presque politique»

Au-delà de son engagement écologique en tant que philosophie de vie personnelle, l’artiste pense également qu’il peut avoir un impact sur les gens: «c’est un art intellectuel, presque politique. Tout dans mon art respire la nature et souvent j’observe que les gens se reconnectent à celle-ci en regardant mon travail. J’étale mes pensées en 2D pour que l’on puisse s’y jeter dans une pulsion, pour vivre ma peinture, pour sentir la nature dans ses tripes et c’est souvent ce que les gens ressentent.» La preuve, nous dit-il, on serait attirés par certaines de ses toiles en fonction des saisons. «Il y a un truc psychologique. Si c’est l’été, les gens sont souvent attirés par tel tableau et en automne, ce sera tel autre. Donc, il y a bien toujours une interaction entre les gens et la nature et ce qui est important pour moi c’est de leur en faire prendre conscience. Finalement, je dirais que je ‘déringardise’ la nature. Je la rends attractive».

Vous pouvez découvrir de nombreuses œuvres de Julien daffe sur son site: www.juliendaffe.com