Découvertes MiNT : Alice Merton et Fishbach – deux femmes, deux obsessions

283
Alice Merton

Toujours se méfier des jugements trop rapides. Non, Alice Merton n’est pas la nouvelle Ke$ha : son premier album le prouve. Bonus de la semaine : quand Flora Fischbach se met à fasciner l’Amérique.

Alice Merton – MINT

  Avec 150 millions de vues sur Youtube pour son titre « No Roots » sorti en 2017, difficile de parler de découverte stricto sensu. Alice Merton est pourtant passée à côté d’un public rock (injustement) en faisant passer pour la pop ce qui se révèle à l’écoute bien plus réfléchi et haut du panier que prévu.

Son album Mint (on ne pouvait que s’y arrêter, ne serait-ce que par curiosité) vient de sortir ce 18 janvier et il confirme tout le bien qu’on pensait de sa capacité à rassembler le mainstream et les playlists indie.

Elle est née le 13 septembre 1993 en Allemagne, à Francfort, mais ses racines sont doubles : Alice est allemande et britannique. Son enfance passe de New-York au Canada, puis au Royaume-Uni, mais c’est de retour en Allemagne qu’elle connaît ses premiers succès. Musicalement, le piano l’appelle à 5 ans. Il faudra 11 ans pour qu’elle se trouve une vocation : auteure-compositrice. Signe des temps : elle a tout de la millenial surdouée. D’ailleurs, elle compose elle-même l’essentiel de ses morceaux.

“MINT”, ce sont deux années de studio, principalement à Berlin. L’écriture s’est forgée principalement durant la tournée et il n’était pas certain que le nombre de compositions soit suffisant pour en faire un album. L’EP était une possibilité. C’était sans compter sur l’urgence du temps perdu entre le solfège et les premières prises de risque. Pour la jeune chanteuse, interrogée il y a quelques jours par Billboard, “MINT” est un rappel que “la peur peut être transcendée” et le témoignage d’une “vie bousculée d’une ville à l’autre”, d’une langue à l’autre.

On sort de l’écoute de l’album en ayant l’impression initiale d’une énième production taillée pour la masse, alors qu’on capte à la seconde attention le jeu des clés de lecture. Alice Merton rappelle vaguement Marina & The Diamonds, autre phénomène capable de convaincre deux publics souvent impossibles à réconcilier. Un pop rock énergique et vivifiant.

Alice Merton fera escale à Bruxelles le 28 mars prochain au Botanique.

Fishbach – Mortel

Autre phénomène de 27 ans, (Flora) Fishbach sortait son déconcertant album “À ta merci” en 2017, duquel on a adopté “Un autre que toi” sans réfléchir. Pourtant, il aura fallu attendre près de deux ans pour voir exploser le compteur des écoutes d’un titre à côté duquel on était peut-être passé un peu vite.

“Mortel” aura connu plusieurs vies, puisqu’on le retrouve déjà dans une version moins travaillée en… 2016. Et si le compteur vient d’exploser, c’est tout simplement parce que le titre illustre une scène d’amour dans la captivante série “You”, dont la saison 1 connaît un certain succès sur Netflix. Le pitch ? Fasciné par une étudiante rêvant de devenir auteure, un charmant libraire tente par tous les moyens de s’immiscer dans la vie de la jeune femme.”

Mais revenons à “Mortel” ! Derrière des orchestrations toujours aussi singulières, Flora Fishbach s’illustre une nouvelle fois dans un exercice qu’elle maîtrise désormais à la perfection. Des textes sanglants sur des mélodies aussi légères que les années 80 : « Jamais rien vu d’aussi mortel que ces tirs au hasard. Je viendrai demain aux nouvelles, à la lueur du phare. » Les commentaires sous la vidéo officielle sont cocasses : des Américains avouent “ne rien comprendre aux parole”, mais être “obsédés par la mélodie.” Touché!

La découverte musicale, du lundi au jeudi sur MiNT en direct à 10h30 et 18h30.

Cédric Godart