Près de 7.000 candidats pour… 50 postes dans la plus vieille banque de la planète

148
Ph. pexels

Près de 7.000: c’est le nombre spectaculaire de personnes ayant postulé aux 50 postes offerts en Italie par la banque BMPS, dont les difficultés n’ont visiblement pas découragé les candidats.

Ce nombre, publié par le quotidien Il Corriere della Sera, a été confirmé mercredi à l’AFP par une source proche de la BMPS. Contactée, la banque, la Monte dei Paschi di Siena, a en revanche refusé de commenter cette information. Les postes offerts concernent le réseau commercial, de Florence à Naples, en passant par Bari (sud-est), avec un salaire net de 1.300-1.400 euros par mois et une embauche dans un premier temps en CDD, puis en CDI.

La BMPS, plus vieille banque de la planète, avait récemment plutôt l’habitude de faire les titres de la presse pour ses difficultés. Alors considérée comme le maillon faible du système bancaire italien, elle a bénéficié en 2017 d’une « recapitalisation préventive », avec une injection de fonds publics. Le ministère des Finances est désormais son principal actionnaire, l’Etat détenant 68,2% du capital. La banque est engagée dans une vaste restructuration: elle doit notamment réduire ses effectifs de 20% d’ici à 2021 pour les faire passer à quelque 20.000 personnes, mais sans aucun licenciement, et fermer 600 agences sur 2.000.

Mais, parallèlement, elle va embaucher quelques dizaines de jeunes pour créer un renouvellement générationnel dans ses filiales. Le nombre de candidats peut surprendre, mais la situation de l’emploi est difficile en Italie. La péninsule affiche un taux de chômage de 10,5%, un chiffre qui monte même à 15,6% chez les 25-34 ans et 31,6% chez les 15-24 ans. Du côté des résultats financiers, le travail réalisé par la direction de la banque a commencé à payer, même si le chemin à parcourir reste long. Sur les neuf premiers mois de 2018, la BMPS a affiché un bénéfice net de 379,3 millions d’euros, contre une perte de 3 milliards un an plus tôt.