Le MR veut un débat sur le choix entre tram et métro à Bruxelles

BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Le MR a proposé lundi un débat au parlement bruxellois sur le choix du tram ou du métro pour la création de nouvelles lignes de transport en commun dans la Région-capitale.

«J’ai la volonté d’inviter une série d’experts afin d’objectiver la ’métrofication’ par rapport à la ’tramification’», a indiqué dans un communiqué Vincent De Wolf, chef du groupe MR au parlement bruxellois.

«Ce débat permettra, je l’espère, de sortir des visions dogmatiques de chacun qui ont d’ailleurs empêché la création de nouvelles lignes pendant plus de 10 ans. L’intérêt des Bruxellois exige une clarification d’autant plus opportune que les élections régionales approchent», commente le député-bourgmestre d’Etterbeek.

Coup de frein des Verts

Dans Le Soir de ce lundi, les partis politiques à Bruxelles soutiennent la poursuite du projet de métro Nord (création d’une ligne 3 sur l’axe nord-sud) à l’exception d’Ecolo et de Groen, qui privilégient le réseau en surface pour des questions de coût et de durée de travaux.

Les Verts sont arrivés au pouvoir à Saint-Gilles et Bruxelles, en coalition avec le PS, à la suite des communales d’octobre dernier, à la suite de quoi les deux communes ont imposé un coup de frein au projet en l’assortissant de conditions drastiques.

L’aménagement d’une nouvelle ligne de métro pourrait être l’un des thèmes majeurs des élections régionales à Bruxelles.

«Il ne faut pas que le métro nord devienne le nouveau RER bruxellois. La mobilité et la lutte pour une meilleure qualité de l’air en pâtiraient lourdement», a averti le député Ridouane Chahid (PS) sur twitter. L’élu appelle à «mettre l’idéologie de côté». «Tout comme le bus et le tram, le métro est un outil d’avenir, le tout est de les utiliser de manière intelligente», a-t-il ajouté.

Le cdH défend également le projet du métro. «La procession d’Echternach c’est à Echternach, pas à Bruxelles! Il faut que le gouvernement, la STIB et Beliris mettent les bouchées doubles, voire quadruples, pour faire avancer le chantier du Métro Nord vers Bordet et celui du Métro Sud vers Uccle», a lancé le chef de groupe au parlement régional, Benoît Cerexhe.

Le MR redoute une remise en cause du projet de métro -piloté par Beliris, l’équipe fédérale née de l’accord de coopération entre le fédéral et la Région bruxelloise- si les écologistes devaient revenir au gouvernement bruxellois après les élections.

« Une croisade contre le métro »

«Dès qu’Ecolo revient dans le débat à un niveau de pouvoir ou l’autre, c’est le blocage, des discussions infinies, l’idée qu’on ferait mieux de faire autre chose. C’est une croisade contre le métro, qu’ils mènent depuis très longtemps», a accusé dans «Le Soir» le ministre en charge de Beliris, Didier Reynders, en rappelant que 20 millions ont déjà été dépensés pour mettre en œuvre le projet.

Ecolo se défend de toute vision dogmatique et dit sa volonté de «solutions efficaces».

«Faire passer Ecolo pour anti-métro dogmatique est tout aussi absurde que foncer tête baissée dans un projet pharaonique qui a déjà vu ses délais et ses budgets exploser. C’est un dossier complexe qu’il faut gérer sans électoralisme… dans l’intérêt de Bruxelles», a assuré le député fédéral Gilles Vanden Burre.

Les Verts remettent en cause la gestion de ce dossier par le Fédéral et la Région, en dénonçant une explosion des budgets et des délais. «Nous sommes ouverts à toutes les solutions efficaces. Pas au mensonge», a répondu sur twitter le député Alain Maron (Ecolo), tête de liste aux élections régionales. «Faire passer le MR pour un parti pro transports en commun, c’est aussi crédible qu’Ecolo en défenseur du nucléaire. Sérieux… Moyens en transports en commun efficaces et autres alternatives à la bagnole sont au cœur du programme d’Ecolo depuis toujours».