Royaume-Uni: le papier toilette menacé par le Brexit ?

630
AFP

«On importe les rouleaux de papier toilette parce qu’on n’a pas de fabrication de papier chez nous.» L’ancien ministre britannique des affaires européennes, Denis MacShane, a confié ses inquiétudes des plus rationnelles en prévision du Brexit, dans l’émission C dans l’Air.

«Il y a une chose qui m’inquiète, c’est que les Anglais sont les plus grands consommateurs de papier toilette en Europe», a rapporté Denis MacShane dans l’émission de France 5, C dans l’air. En cas de Brexit sans accord, l’ancien ministre britannique des affaires européennes craint une pénurie de rouleaux. En plaisantant, il affirme même avoir commencé à «couper les journaux, surtout les journaux de Monsieur Rupert Murdoch, et je fais mon petit stock personnel».

Non pas 110 mais 127 rouleaux par an et par personne

«On importe les rouleaux de papier toilette parce qu’on n’a pas de fabrication de papier chez nous», a-t-il poursuivi lors de son intervention. Il imagine déjà les files d’attente sans fin à la frontière retardant les réapprovisionnements des stocks. L’ancien ministre évalue la consommation des Britanniques à 110 rouleaux par an et par habitant.

Le Monde a mené son enquête après cette intervention télévisée. Denis MacShane devra revoir ses chiffres à la hausse puisque le quotidien français indique 127 rouleaux par tête en 2017, en se basant sur le portail d’études de marchés Statista. En revanche, c’est l’Allemagne qui détient la palme du plus gros consommateur de papier toilette en Europe avec un score de 134 rouleaux par personne. La France n’est qu’à 71.

Des stocks suffisants en cas de manque

Autre donnée relayée par Le Monde, 80% de l’approvisionnement du Royaume-Uni en papier toilette est représenté par les importations de produits finis ou de matières premières. Le journal a également interrogé Andrew Large, directeur général de la confédération britannique des industries du papier. Il a garanti que «le pays dispose de réserves de pulpe pour fabriquer le papier permettant de tenir quelques mois, et celles de produits finis couvrent deux à trois semaines».

La pénurie n’est pas pour demain, que les Britanniques se rassurent.