L’impact économique inédit du plus long shutdown de l’histoire américaine

116

L’actuelle fermeture partielle du gouvernement américain est la plus longue paralysie de l’administrationdans l’histoire des Etats-Unis et rogne chaque jour un peu plus l’expansion de la première économie mondiale. La plupart des blocages administratifs par le passé –il y a eu 21 « shutdowns » depuis 1976– ont été trop courts pour avoir un impact sur la croissance. Il est plus difficile de dire ce qu’il en sera cette fois-ci, où l’arrêt se prolonge depuis trois semaines.
« Au fur et à mesure que le blocage s’inscrit dans la durée, la souffrance s’accroît », a déclaré à l’AFP Beth Ann Bovino, économiste en chef chez S & P Global Ratings.
Avec environ un quart des effectifs de fonctionnaires fédéraux touchés –soit 800.000 employés–, la fermeture partielle de l’administration coûte 1,2 milliard de dollars par semaine à l’économie, selon Mme Bovino.
S’il se poursuit encore deux semaines, le « shutdown » aura coûté aussi cher aux Etats-Unis que le mur de 5,7 milliards de dollars que réclame Donald Trump et que les démocrates lui refusent.
Sans mur, M. Trump refuse de signer le budget pour financer le gouvernement fédéral. L’impasse semble pour l’heure totale.
Même si les shutdowns de 1995 et 2013 ont montré que l’économie pouvait rapidement rebondir une fois que les affaires reprennent, la paralysie du gouvernement fédéral a un effet négatif sur une kyrielle d’aspects qui dépassent largement le salaire des fonctionnaires.
D’autant que ces derniers touchent normalement leur paie rétroactivement.
En attendant, les agriculteurs mis en difficulté par la guerre commerciale du président ne touchent pas l’aide promise, les familles les plus démunies risquent de se retrouver sans assistance alimentaire à partir de la fin février, les inspections sanitaires s’arrêtent…
Cela signifie également que les aides subventionnées pour l’achat de graines et d’aliments pour animaux ne sont pas fournies aux agriculteurs qui commencent pourtant leurs semis.
Le gendarme de la bourse, la SEC, a cessé de traiter les formalités d’introductions en bourse tandis que les permis d’exploitation de pétrole et de gaz prennent du retard.
Les travailleurs sous contrat avec le gouvernement, dont un bon nombre ne seront tout simplement pas payés, perdent 200 millions de dollars par jour, selon une estimation de l’agence Bloomberg News.
Le tourisme est aussi affecté, alors qu’il rapporte normalement 18 millions de dollars par jour dans les 400 parcs nationaux. Mais avec certains parcs sans surveillance et de nombreux services interrompus, les restaurants, hôtels et magasins locaux perdent de la clientèle.
Quant à l’aide fédérale alimentaire pour les Américains les plus pauvres, son budget se tarit fin février.
La Banque centrale a demandé aux banques de faire preuve de compréhension et le ministère du Logement a imploré les propriétaires de ne pas expulser les locataires les plus pauvres et dont le loyer est subventionné par le gouvernement fédéral.

source: Belga