Tout un Ramdam à Tournai

323
«La chute de Sparte»

Le 9e Ramdam festival de Tournai, le festival du film qui dérange, débute ce samedi et s’étendra sur une dizaine de jours. L’an dernier, ce rendez-vous cinématographique avait attiré quelque 27.000 spectateurs.

« Au terme de centaines d’heures de visionnement, la programmation a été bouclée. La question est désormais: ’les spectateurs vont-ils aimer les choix que nous avons opérés?’ », s’est demandé Jean-Pierre Winberg qui préside le comité du Ramdam Festival.

« Nous sentions une obligation de résultat. D’où la déception lorsqu’un film sur lequel nous avions fondé beaucoup d’espoir nous est refusé pour des raisons qui ne sont pas toujours transparentes », a ajouté le président.

L’édition 2019, forte de 10 jours de projection, débutera par un week-end mettant les courts-métrages à l’honneur. Pour les petits et les grands, 31 films – belges et internationaux – seront à l’affiche.

Dans les jours qui suivront, le festival proposera 30 fictions et 13 documentaires. « Il s’agit d’œuvres significatives des grands enjeux de la planète et des dysfonctionnements de notre société. Cela va du réchauffement climatique à la migration en passant par l’égalité homme-femme, l’homophobie et la pédophilie », détaille Jean-Pierre Winberg. Comme l’an dernier, le festival fera la part belle à un grand nombre d’intervenants et de débats.

Le festival, qui se déroule de ce samedi 12 au mardi 22 janvier, aura lieu au complexe Imagix de Tournai. La soirée de gala, qui se tiendra le lundi 14 janvier à 20h, s’ouvrira avec « Green Book », une avant-première belge, en présence de l’équipe du film. Durant tout le festival, les organisateurs proposeront pour l’entrée un système de billets et de pass.