La perte d’allocations familiales comme solution à la violence scolaire ?

AGP / F. Florin

Supprimer une partie des allocations familiales des parents d’élèves violents, c’est l’idée envisagée par le gouvernement français. La mesure pourrait bien faire partie du plan d’action contre les violences scolaires, comme l’a rapporté ce jeudi matin Le Parisien.

En milieu de semaine prochaine, un groupe de travail devrait présenter une série de mesures au Ministre de l’Education nationale français, Jean-Michel Blanquer. Elles ont pour objectif de lutter contre les violences scolaires.

Dans la liste, une idée devrait faire son grand retour : supprimer une partie des allocations familiales aux parents d’enfants violents. En cas d’incidents, les établissements scolaires auraient la possibilité de faire un signalement auprès de l’Inspection académique, qui ensuite pourrait demander à la Caisse l’allocations familiales de suspendre les versements à la famille.

En cas de dégradation matérielle, le montant de la sanction pourrait être équivalent à celui des dégâts causés.

Des situations à étudier au cas par cas

Le Ministre de l’Education nationale parlait déjà de mettre des “amendes” aux familles, le mois dernier, au micro d’Europe 1. Il avait tenu à nuancer, chaque situation devant être étudiée au cas par cas : “Ce n’est pas la même chose si vous avez une mère seule avec quatre enfants et qui n’arrive pas à s’y prendre (…) C’est autre chose si vous avez un clan familial qui encourage l’élève à faire n’importe quoi”.

Le sujet s’avère délicat pour le gouvernement mais un proche du ministère a déclarer au Parisien : « Il ne faut pas rester inerte. Pas après tout ce qu’il s’est passé. »

Une idée qui n’est pas nouvelle en France

Le groupe de travail a été monté suite à l’agression en octobre d’une enseignante en lycée, braquée par l’un de ses élèves avec une arme factice. La scène avait été filmée puis partagée sur les réseaux sociaux. Le plan contre les violences scolaires devait être dévoilé en décembre mais a été repoussé à cause de l’actualité des Gilets jaunes.

La mesure de suppression partielle des allocations n’est pas une nouveauté, en France. Elle avait déjà été mise en place en 1959, pour lutter contre l’école buissonnière. Le “contrat de responsabilité parentale” a également été instauré en 2006 sévissant auprès des parents d’enfants souvent absents ou nuisant au bon « fonctionnement de leur établissement scolaire ». Ce dernier avait finalement été abrogé début 2013.