Les syndicats du transport manifestent contre de nouvelles mesures européennes

121
Belga / S. Delaere

Les syndicats du transport manifestaient lundi matin au poste-frontière de Rekkem et bloquaient l’autoroute E17 en direction de la France. D’autres mobilisations étaient également signalées à Meer, Zonhoven et Maasmechelenn en Flandre.

Les syndicats du transport se sont rassemblés en différents postes-frontières disséminés un peu partout sur le territoire, principalement en Flandre, afin de contrecarrer les intentions de l’Europe qui envisage de modifier les horaires de conduite et de repos des routiers et des chauffeurs de car.

Plusieurs chauffeurs de camion étaient ainsi mobilisés aux alentours de 07h30 lundi matin à la frontière franco-belge à Rekkem. Ils ont mené une action sur un parking avant de bloquer complètement l’autoroute E17. Au fil de la matinée, le barrage bloquant est devenu filtrant, plusieurs automobilistes ont été autorisés à passer. «Une série de mesures inacceptables pour les syndicats du transport sont sur la table», a indiqué Birger Victor du syndicat socialiste UBT/BTB. «La réduction des périodes de repos augmente l’insécurité sur la route, d’abord pour nos chauffeurs mais aussi pour les autres usagers», a-t-il poursuivi.

À Meer, à la frontière belgo-néerlandaise sur l’E17, l’action des transporteurs routiers n’a provoqué que peu d’embarras de circulation. «Nous sommes ici pour informer et non pour bloquer le trafic», a souligné John Reynaert de l’UBT/BTB. «Si des ralentissements sont constatés, c’est parce que les camionneurs prennent le temps de discuter avec les automobilistes». «La police locale et la police de la route ont été informées de cette action et il nous a été interdit de bloquer la circulation», a pour sa part indiqué le secrétaire de la CSC Transcom, Floor Baleci.

Des députés européens présents

Entre 7h00 et 9h00, une quarantaine de protestataires de la FGTB et de la CSC se trouvaient par ailleurs aux entrées et sorties de l’E19 près de la zone de transport de Meer (Anvers). Ils distribuaient des tracts sur le «mobility package», cette modification législative concernant, entre autres, les périodes de repos de conducteurs de bus et de camions qui doit être votée en janvier par le Parlement européen. Les députées européennes Kathleen Van Brempt (sp.a) et son homologue néerlandaise Agnes Jongerius étaient présentes à la mobilisation afin d’afficher leur soutien aux transporteurs routiers.

Les camionneurs s’étaient également donné rendez-vous sur la E314 à Zonhoven ainsi qu’au poste-frontière de Maasmechelen. Là aussi, ils ont sensibilisé les chauffeurs de bus et camions en distribuant des flyers. Aucun barrage bloquant n’a été constaté, l’action n’a donc pas eu de grosses répercussions sur le trafic.

Au cœur de leurs préoccupations figure également le dumping social, qui sera facilité avec les nouvelles règles européennes, d’après les transporteurs. «Nous sommes en sous-effectif en Belgique car qui veut encore travailler 15 heures pour un salaire équivalent à 8 heures de travail en entreprise? «, déplore le routier Leo Vanstusteren. «Les chauffeurs sont surmenés au volant avec d’un côté la pression exercée par leur patron, de l’autre les routes trop souvent encombrées et enfin, l’exigence du client qui veut être livré à temps».