Charles Michel appelle le parlement à former une « coalition de bonne volonté »

113

Le Premier ministre, Charles Michel, a appelé mardi le parlement à la constitution d’une « coalition de bonne volonté » en vue de gouverner le pays jusqu’aux élections du 26 mai. Il n’a toutefois pas demandé la confiance de la Chambre. Selon cette formule, le gouvernement demeurerait minoritaire. Le travail législatif se déroulerait selon des propositions de loi et même les arrêtés royaux seraient soumis en deuxième lecture à la Chambre. Le chef du gouvernement a proposé une « feuille de route » au parlement. Il a énuméré les thèmes sur lesquels il voulait travailler, s’adressant davantage à la gauche et au centre qu’à la droite.

Le premier chantier est le pouvoir d’achat. M. Michel a cité tour à tour l’enveloppe bien-être en vue de revaloriser les allocations sociales, l’accord interprofessionnel, le prix de l’énergie, la réforme des pensions ou encore le marché du travail. Le deuxième chantier est la sécurité, notamment le statut des policiers et le recrutement d’effectifs supplémentaires. Le troisième est le climat, à propos duquel la Chambre vient d’adopter une résolution en vue de renforcer les ambitions de la Belgique.

Le Premier ministre a également insisté sur les enjeux internationaux qui attendent la Belgique, à commencer par le Brexit. « Je lance un appel concret à ce que l’on se mette le plus vite possible autour de la table, autour de ces quelques points qui ne sont pas à prendre ou à laisser », a déclaré M. Michel qui veut « constituer avec ceux qui le veulent une coalition de bonne volonté ».

Devant l’impossibilité de réunir une majorité pour soutenir le budget, le gouvernement demandera au parlement de lui accorder les douzièmes provisoires. La séance a été suspendue vers 18h. L’opposition donnera sa réplique à la reprise des travaux.

Source: Belga