Soixante-neuf arrestations administratives durant la manifestation contre le Pacte des migrations

90

Soixante-neuf personnes ont été arrêtées administrativement pour dégradation à des biens publics, dimanche à l’occasion de la manifestation organisée dans le quartier européen contre le Pacte des Nations unies pour des migrations « sûres, ordonnées et régulières », a indiqué le bourgmestre Philippe Close, alors que les derniers petits groupes de manifestants se dirigeaient progressivement vers les gares pour quitter la capitale. Selon le bourgmestre, la manifestation de partisans du Pacte organisée près du Parc Maximilien dans le quartier nord de la capitale n’a donné lieu à aucun incident dans le chef des 1.000 personnes qui y ont pris part de 12h à 14h.

A la fin de la manifestation de quelque 5.500 opposants au Pacte organisée au rond-point Schuman, 300 à 400 manifestants ont tenté de pénétrer dans le Berlaymont, le siège de la Commission européenne. Cet incident a été suivi d’une intervention immédiate des forces de l’ordre à l’aide d’une autopompe et de gaz lacrymogènes.

Toujours d’après le bourgmestre de la Ville, s’en est suivi un chassé-croisé d’environ une heure entre les forces de l’ordre et 200 à 300 manifestants. Vers 15h45, la plupart des manifestants avaient quitté Bruxelles. Quelques groupes réduits prenaient encore la direction des gares.

M. Close a tenu à remercier l’ensemble des forces de police – celles de Bruxelles, et la fédérale -, ainsi que les services de secours pour leur professionnalisme à l’issue d’un « week-end à haut risque », et après une semaine chargée qui a vu se succéder deux sommets européens, une manifestation syndicale, une autre des « gilets jaunes » et deux autres dimanche sur le « Pacte de Marrakech ».

« Les policiers sont fort sollicités et prennent beaucoup de leur temps personnel pour garantir la sécurité publique dans la capitale. Lorsque nous demandons des renforts, ce n’est pas par hasard », a conclu M. Close.

Source: Belga