Canada: trois victimes d’un ex-entraîneur poursuivent la fédération de ski

65

Trois victimes d’un ex-entraîneur de ski canadien, condamné à 12 ans de prison pour agressions sexuelles sur plusieurs de ses protégées mineures, ont lancé des poursuites en justice mercredi contre la fédération nationale de ski alpin. Geneviève Simard, Gail Kelly et Anna Prchal réclament à la fédération, Alpine Canada, 300.000 dollars canadiens (197.000 euros) chacune de dommages et intérêts pour les préjudices moraux et matériels qu’elles ont subis, ainsi que 150.000 dollars chacune à titre de dommages punitifs.
L’ex-entraîneur, Bertrand Charest, avait été visé par les plaintes de neuf skieuses pour des agressions sexuelles commises dans les années 90. Il a été reconnu coupable de 37 chefs d’accusation et condamné à 12 ans de prison en décembre 2017.
Dans ses attendus, le juge avait notamment blâmé la fédération canadienne de ski, employeur de Bertrand Charest, en estimant qu’elle avait failli dans son rôle de protection des adolescentes.
La fédération « a retenu les services de Charest comme entraîneur et a permis, par le biais de ses actes et omissions, que soient agressées ces trois jeunes filles », estiment les trois athlètes dans leur plainte, déposée devant le tribunal de Montréal.
« Alpine Canada a voulu étouffer un scandale pour son seul bénéfice et au détriment du bien-être des demanderesses et de la sécurité des jeunes skieurs et skieuses en général », poursuit le document.
La fédération a réagi en affirmant qu’elle était « toujours en discussion avec les victimes de Bertrand Charest ». « Nous continuons à leur apporter notre appui et notre collaboration dans toute la mesure dont nous sommes capables. »
Ces affirmations ont été immédiatement démenties par les plaignantes, pour lesquelles « il n’y a aucune discussion en cours ».
Bertrand Charest avait agressé sexuellement les jeunes athlètes, parfois âgées de 12 ans, lors de rassemblements de l’équipe au Canada mais aussi lors de déplacements en France, en Autriche, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis entre 1991 et 1998.
C’est en apprenant que Bertrand Charest était moniteur de ski dans une petite station du Québec qu’une victime a décidé de porter plainte, vingt ans après avoir subi ces agressions.

source: Belga