« Chicago PD » ne fut pas une partie de plaisir pour Sophia Bush

574
AFP / Adam Bettcher

L’an dernier, Sophia Bush avait quitté la très lucrative série « Chicago Police Department ». Pour le podcast Armchair Expert, elle en a expliqué les raisons déchirantes.

L’actrice de 36 ans a en effet décidé de quitter son rôle d’Erin Lindsay malgré le succès du spin-off de « Chicago Fire » après quatre saisons parce qu’elle avait agressée devant des collègues masculins qui n’avaient rien fait pour l’aider.

« Vous commencez à perdre vos repaires lorsque quelqu’un vous agresse dans une pièce pleine de monde, et que tout le monde détourne les yeux, regarde le sol ou le plafond, que vous êtes la seule femme présente et que chaque homme est deux fois plus grand que vous. »

Elle a ajouté qu’elle était restée dans la série aussi longtemps qu’elle l’a pu par amour pour ses collègues – et parce que les patrons l’ont obligée à rester, sinon ces mêmes collègues auraient été au chômage.

Toutefois, « j’ai arrêté parce que j’ai constaté que j’étais tellement programmée pour être une bonne fille, la première de cordée pour remorquer ce navire, pour son équipage et pour le show, que cela a pris le pas sur ma santé. Mon corps était en train de s’écrouler, parce que j’étais vraiment, vraiment très malheureuse. »

Le tournage de la série s’effectuait en outre dans des conditions très éprouvantes, souvent sous la neige et dans un froid glacial. « Je pensais être programmée pour tolérer l’intolérable. »

Mais elle hésitait à partir et à faire perdre leur emploi à certaines membres de l’équipe. « Que devais-je dire au cameraman dont j’aimais beaucoup les deux filles? Comment allait-il payer son loyer? Ce sont de vraies question que l’on se pose même si on se sent malheureuse et maltraitée. Surtout quand vos patrons vous disent que si vous faites du tapage, vous allez faire perdre le travail à tout le monde. »

Malgré ses nombreuses plaintes, rien n’a bougé. Mais son départ après trois saisons n’était pas simple puisqu’elle avait signé pour sept. Elle a en effet été contrainte de passer par un ultimatum: « soit vous me laissez partir tranquillement de mon propre gré, soit je vous attaque en justice et j’en informe la presse ». La présidente de NBC, Jennifer Salke, qui n’était pas au courant de la situation, a finalement parfaitement compris son actrice et ne l’a pas forcée à rester après la 4e saison.