Un projet pour upcycler les jouets au sein de votre entreprise

Ph. Looops

Vous avez pour habitude de donner les jouets non utilisés à des associations? Et si vous sensibilisiez vos collègues à faire de même? C’est le service que propose Looops, une asbl belge à l’initiative sociale et environnementale, aux entreprises désireuses de s’engager dans un projet d’upcycling.

Acheter, jouer, donner, revaloriser, rejouer… C’est en partant de l’idée que chaque jouet a le droit à une seconde vie que Looops a vu le jour. Pour toucher le maximum de personnes, l’asbl a décidé d’agir là où nous passons le plus clair de notre temps: sur notre lieu de travail. Pour ce faire, Looops propose à l’entreprise de s’engager dans un projet permettant de réduire l’impact environnemental de la fabrication de jouets neufs à travers diverses options.

 

L’employeur peut faire le choix, par exemple, de financer une collecte de jouets au sein de son entreprise. Peluches, poupées, jouets en bois ou en plastique, jeux d’éveil, voitures, avions ou jeux de construction, etc. seront, grâce à ce financement, remis à neuf et redistribués à une des associations proposées. L’asbl récupère les jouets (en bon état), effectue un tri ainsi qu’une sélection avant de les nettoyer de manière écologique et de les remettre à neuf. Un travail effectué en collaboration avec L’Ouvroir, une association qui emploie des travailleurs handicapés et qui offre un service de manutention «durable» visant la revalorisation de matières premières destinées à être jetées.

Ph. Looops

Sensibiliser à l’upcycling

Mais la contribution de l’entreprise au processus de récupération ne s’arrête pas là. Looops propose également d’organiser des sessions de team building durant lesquelles les employés sont formés au ‘upcycling’. De manière ludique, et en équipes, ils peuvent ainsi participer au processus de récupération circulaire du jouet (tri, nettoyage, étiquetage…). «Dans notre processus de sensibilisation, on souhaite expliquer aux gens qu’il faut arrêter d’acheter du neuf. Il y a des boutiques de seconde main qui proposent des jouets en très bon état. On peut y contribuer par notre petite action au sein des entreprises mais en réalité, on encourage les gens à adopter ce réflexe de manière plus générale», explique Magali Ronsmans, fondatrice et coordinatrice chez Looops.

Si l’entreprise le désire, elle peut d’ailleurs également faire le choix de financer des événements plus familiaux comprenant directement des ateliers créatifs de remise à neuf permettant aux gens d’apprendre eux-mêmes à réhabiliter les jouets. Un manager peut en outre faire le choix de financer des ateliers de réutilisation des jouets au sein des écoles par exemple.

Ph. Looops

Location à la demande

Les jouets remis à neuf vont également pouvoir débuter leur seconde vie au sein des entreprises. Banques, restaurants, salles d’attente médicales, services publics… peuvent en effet faire appel à Looops pour louer (avec possibilité de renouvellement), ou acheter, un pack de jouets, afin d’aménager des espaces dédiés aux enfants. Cette approche permet également de financer des dons de jouets à des associations. «Le don ne se fait jamais sans financement parce qu’il y a tout ce processus de revalorisation (collecte, tri, nettoyage, remise à neuf) qui doit être financé», rappelle Magali Ronsmans en ajoutant que cet argent permet de faire tourner le projet de l’absl qui ne profite d’aucun subside. «Notre objectif principal, c’est vraiment de faire de la sensibilisation et de toucher un maximum de monde via les entreprises. C’est une approche B2B», conclut-elle.

Ph. Looops

Laura Sengler

Plus d’informations sur Looops.be