L’Ukraine dénonce la détention « illégale » de ses marins par Moscou

L'Ukraine dénonce la détention

L’Ukraine a qualifié mercredi de « barbarie » la détention « illégale » de ses 24 marins faits prisonniers dimanche par la Russie au large de la Crimée, un incident qui a provoqué une montée des tensions entre Kiev et Moscou. « Nous condamnons cette manifestation de barbarie et multiplions les efforts pour faire revenir nos gars à la maison », a assuré sur Twitter le Premier ministre ukrainien, Volodymyr Groïsman, dénonçant « un outrage propre seulement aux régimes totalitaires ».

Une note de protestation contre « la poursuite par la Russie de ses actions illégales », une référence à la détention des marins ukrainiens, a été envoyée au ministère russe des Affaires étrangères, a annoncé la diplomatie ukrainienne.

Kiev considère que ces hommes sont des « prisonniers de guerre » et réclame leur libération « immédiate ».

Mercredi, un tribunal de Simféropol, la capitale de la Crimée annexée en 2014 par la Russie, a placé en détention provisoire jusqu’au 25 janvier les neuf derniers marins qui étaient en attente de jugement. Une décision identique avait été prise la veille à l’encontre de quinze autres, dont trois se trouvant à l’hôpital à Kertch.

L’avocat d’un des marins a affirmé que son client était natif de Crimée et que ses parents, qui vivent à Simféropol, étaient présents dans la salle d’audience. Deux des marins capturés, dont l’un des blessés, sont membres des services de renseignement ukrainien (SBU), a par ailleurs annoncé le tribunal.

Une quinzaine de personnes se sont rassemblées sur place en soutien aux militaires ukrainiens. La plupart d’entre elles seraient des Tatars de Crimée, une minorité s’étant en majorité prononcée contre l’annexion de cette péninsule.

Dimanche, les gardes-côtes russes ont arraisonné au large de la Crimée trois bateaux de guerre ukrainiens qui tentaient de pénétrer dans la mer d’Azov via le détroit de Kertch la reliant à la mer Noire.

Il s’agit de la première confrontation militaire ouverte entre Moscou et Kiev depuis l’annexion de la péninsule ukrainienne et le début la même année d’un conflit armé dans l’est de l’Ukraine entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes qui a fait plus de 10.000 morts.

source: Belga