PHOTOS. Dans les coulisses de la série ‘Sharp Objects’

857
Ph. HBO

En faisant le pari de l’adaptation du roman de Gillian Flynn, HBO signe une nouvelle série à succès: Sharp Objects. Sortie sur les écrans l’été dernier, la première saison de ce thriller psychologique haletant est désormais disponible en DVD. Metro s’est rendu à Barnesville en Géorgie, lieu de tournage de la ville fictive de Wind Gap.

Avec une pizzeria, quelques commerces et des drapeaux américains qui bordent la rue principale, rien ne distingue, a priori, Barnesville, près d’Atlanta, d’une autre ville de Georgie. Et pourtant, cette commune de 6.700 habitants a vu son destin basculer en juin l’année passée. Bien que l’action du film se déroule dans le Missouri, c’est pourtant ici que HBO, à l’origine de nombreuses séries à succès comme ‘Game of Thrones’, ‘Big Little Lies’ ou ‘Sex and the City’, a décidé de tourner son nouveau projet: Sharp Objects.

Ph. Laura Sengler

Des stars du petit écran

Réalisée par le Canadien Jean-Marc Vallée (‘Big Little Lies’ ou encore ‘Dallas Buyers Club’), le thriller a été adapté du roman de Gillian Flynn (auteure de ‘Gone Girl’ porté à l’écran par David Fincher) et écrit par Marti Noxon (‘UnREAL’).

Dans cette série de huit épisodes, dont le premier a été diffusé sur HBO le 8 juillet dernier, le personnage principal de Camille Preaker est incarné par Amy Adams, connue pour son rôle dans ‘Big Eyes’ ou ‘Premier contact’ et cinq fois nominée aux Oscars. À ses côtés, on retrouve également Elizabeth Perkins (‘Weeds’), Patricia Clarkson (‘Six Feet Under’) et Matt Craven (‘La vie de David Gale’).

De Barnesville à Wind Gap

Un casting complété par un autre choix judicieux dans cette adaptation, celui de la petite ville de Barnesville où ont été tournées les scènes hors studio. Du 22 juin au 15 juillet 2017, celle-ci a troqué son identité pour celle de Wind Gap, le temps d’accueillir le tournage de ce nouveau phénomène télévisuel. Et la ville porte aujourd’hui fièrement les traces du passage de HBO. Les deux peintures murales réalisées pour le film ornent encore les murs des bâtiments pour le plus grand plaisir des fans qui décideront de faire une halte dans cette commune à l’ambiance si particulière.

Ph. Laura Sengler

Cette fierté d’avoir pu participer à un tel projet se retrouve d’ailleurs à différents endroits de la ville. C’est le cas au sein de la rédaction de la Herald-Gazette où les journalistes gardent précieusement les articles remémorant le fameux tournage.

Ph. Laura Sengler

Ici, tout comme dans la salle d’exposition du Depot-Plaza, trône également le drapeau affublé du nom de Wind Gap qui remplaçait ceux de Barnesville le long de la rue principale.

Ph. Laura Sengler

Mais c’est en se baladant de rue en rue que l’on ressent finalement cette atmosphère si particulière que l’on voit défiler tout au long de la série. En longeant les bâtiments si typiques de l’Amérique profonde, c’est presque par hasard que l’on découvre la façade de qui a fait office de poste de police.  À proximité, dans une rue étroite, un rebord de fenêtre défraîchi n’est pas sans rappeler celui où le cadavre de la petite Nathalie Keen a été découvert.

Ph. Laura Sengler

Plus surprenant, c’est un bâtiment abandonné qui se révélera être le décor du bar où Camille Preaker vient noyer ses démons.

Ph. Laura Sengler

Autre élément marquant de la série: le splendide wagon rouge, qui trône fièrement le long du chemin de fer. Un véritable coup de cœur du réalisateur. Quand on a trouvé la ville en se promenant d’un lieu à l’autre, j’ai flashé sur le wagon rouge, j’ai voulu l’utiliser. Le rouge symbolise la violence, la passion. J’ai eu l’idée d’y mettre les fantômes des petites filles. J’ai parfois des idées intuitives pas tout à fait campées de façon intellectuelle. Au montage, je les oublie ou je les laisse », explique Jean-Marc Vallée. Un élément marquant qui a sans doute bouleversé à jamais la destinée d’une petite ville américaine comme les autres.

Ph. Laura Sengler

Sharp Objects Saison 1

Tout juste sortie de l’hôpital psychiatrique, Camille Preaker, reporter alcoolique du St Louis Chronicles, est envoyée à Wind Gap, la ville de son enfance, pour enquêter sur l’assassinat de deux jeunes filles. En proie à ses nombreux démons, comme la mort de sa petite sœur et ses retrouvailles avec une mère tyrannique, la journaliste va devoir lutter contre ses tendances autodestructrices pour mettre la main sur le mal qui terrorise la population. Jean-Marc Vallée, lauréat d’un Emmy Award, réussit l’exploit d’adapter avec brio sur petit écran, et ce en huit épisodes de 50 minutes, le bestseller de Gillian Flynn. Rythmée autour d’une époustouflante Amy Adams, dans le rôle de Camille Preaker, la réalisation maintient la tension alternant des flashbacks qui dévoilent les côtés sombres de son héroïne. Côté bonus, le DVD propose un petit reportage dans lequel Jean-Marc Vallée, Gillian Flynn, et les acteurs du film reviennent sur l’adaptation de la série. Un tantinet trop court malheureusement.