Gilets jaunes: le ministre français de l’Intérieur évoque 224.000 participants, interpellations et heurts

106

La mobilisation citoyenne des « gilets jaunes » se poursuivait samedi après-midi en France, un mouvement initialement destiné à protester contre la hausse du prix des carburants et qui a rassemblé 224.000 personnes à travers le territoire français, selon un communiqué du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Une cinquantaine de personnes ont été interpellées par la police en marge des blocages, qui ont perturbé le fonctionnement de dizaines de stations-service et de divers supermarchés, l’objectif des citoyens étant aussi de pointer une baisse du pouvoir d’achat.

Plus de 2.000 rassemblements ont eu lieu, un peu partout, parfois tendus comme à Paris dans le quartier du Palais de l’Elysée, où des forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène. Plusieurs centaines de manifestants ont navigué pendant plusieurs heures entre les Champs Elysées, la rue du Faubourg Saint-Honoré, où se trouve le Palais de l’Elysée, et les axes alentour. « Macron démission! », a hurlé la foule, à environ 100 mètres du palais présidentiel. Certains ont allumé des fumigènes. Quelques magasins de luxe ont baissé leurs rideaux alors que les forces de l’ordre, protégées par leurs boucliers, ont tiré des gaz lacrymogènes.

Plus de 106 personnes ont été blessées dans les différentes actions, dont deux policiers heurtés par un véhicule à Quimper, en Bretagne, où la police a aussi usé de gaz lacrymogène face aux manifestants près de la préfecture du Finistère. Selon l’AFP, des manifestants jetaient des projectiles en direction des forces de l’ordre, d’autres cassaient des caméras de surveillance à coups de pierre.

Un policier, un motard, a aussi été blessé à un carrefour à Strasbourg, percuté par un véhicule dans l’après-midi. Il travaillait à la sécurisation de la manifestation des gilets jaunes, mais, contrairement à ce qui a eu lieu à Quimper, le véhicule n’était pas concerné par la mobilisation.

source: Belga