Un automne en pleine forme grâce au yin yoga

Le yin yoga est un type de yoga basé sur la relaxation et les étirements, qui permet de se reconnecter à soi et de se détendre, tout en stimulant les méridiens de nos organes vitaux. En automne, pratiquer le yin yoga permettrait de renforcer par exemple les poumons et le gros intestin, histoire d’éloigner les petits maux saisonniers comme la bronchite ou la gastro.

Il existe des tas de yoga différents, mais tous ont certains points communs : la reconnexion à soi, la respiration, la détente et les étirements. Par contre, certains yoga demandent d’être plus actifs que d’autres, avec des poses qui nécessite, en tout cas au début, certains efforts. Ce n’est pas le cas du yin yoga, comme l’explique Angela Kindts, professeure chez « BodyMind » à Woluwe-Saint-Pierre : « Le yoga que j’enseigne est une pratique profonde et intense de lâcher prise qui est accessible à tous. Il faut que chacun se sente tout à fait à l’aise dans chaque position d’étirement. Aucune tension ne doit se faire sentir. C’est un yoga très doux. »

Un méridien pour chaque organe

Selon la médecine traditionnelle chinoise, nous avons douze méridiens liés aux organes, qui parcourent notre corps. Ils seraient en quelques sortes des canaux par lesquels circulerait l’énergie. Ce sont le long de ceux-ci que l’on retrouve d’ailleurs les fameux points d’acupuncture utilisés dans cette médecine traditionnelle ancestrale. « En stimulant tel ou tel méridien, nous pouvons agir sur l’organe auquel il se réfère. Mais ce méridien n’est pas forcément situé sur ou autour de l’organe en question », précise la spécialiste qui donne en exemple le méridien du poumon ou celui du gros intestin, qu’elle stimule en automne, et qui longent en fait le bras.

En fonction de la saison

Selon la professeure de yin yoga, en stimulant les organes via les méridiens, on leur permet d’accéder à plus d’énergie. Ce qui, par conséquent, ferait en sorte de les rendre plus résistants aux petits maux de la saison. Pour les poumons et le gros intestin, il faut donc stimuler les méridiens qui se trouvent dans les bras. Pour ce faire, des positions d’étirements sont proposées : « Lentement, nous prenons une position qui va permettre d’étirer les bras et nous restons dans chaque position environ trois minutes. Il ne faut pas que cela fasse mal, le but est de s’étirer tout en se détendant. »

En pratique

Le yin yoga serait sur le long terme une pratique qui permet de se détendre, de s’assouplir et d’accroître le flot d’énergie dans le corps. Le cours dure une heure, au cours de laquelle une petite dizaine de positions sont proposées. Certaines, comme celle qui consiste à poser son dos sur un boudin de mousse, écarter les bras et ouvrir les jambes en laissant tomber les genoux vers l’extérieur, sont particulièrement efficaces pour se détendre et pour « ouvrir » ses poumons. La respiration est d’ailleurs un des fils conducteurs du yin yoga. La professeure est là pour vous guider pas à pas !

Une petite heure au cours de laquelle le lâcher prise vient naturellement et qui se termine par un rituel original mis en place par Francine Pallice, thérapeuthe spécialisée en énergétique : vous tirez une carte au hasard et sur celle-ci se trouve écrit un petit texte qui est sensé vous « parler ». Par exemple : vous avez besoin de prendre confiance en vous, de sortir de votre coquille… En fonction de la carte que vous piochez, vous êtes invité à inhaler une synergie d’huiles essentielles qui va parler directement à votre inconscient et vous aider à résoudre votre défi du moment.

www.bodymindcenter.be