A cause du braconnage, de plus en plus d’éléphants naissent sans défense

305
AFP / T. Karumba

De nombreux pachydermes naissent aujourd’hui sans défense en Afrique.

L’Afrique fait face à une situation particulière. Suite au braconnage intensif et à l’isolement des éléphants dans les parcs, nombreux d’entre eux naissent sans défense. Comme le rapporte Sciences et Avenir, 98% des 174 spécimens présents dans le parc national Addo en Afrique du Sud seraient concernés par cette mutation génétique.

Un problème qui toucherait principalement les femelles selon le documentaire du Howard Hugues Medical Institute et qui pourrait être un effet du braconnage, mais également de la guerre civile comme c’est le cas au Mozambique, selon Joyce Pool de l’association Elephant voices. Pour elle, 50% des femelles survivantes de cette guerre civile, donc les éléphants de plus de 20 ans, seraient aujourd’hui des pachydermes sans défense. Un trait génétique qui se serait transmis à la descendance et concernerait 33% des éléphants de 10 à 20 ans.

Selection for Tuskless Elephants from Howard Hughes Medical Institute on Vimeo.

Pour Anna M. Whitehouse, du département de zoologie de l’Université de Port Elizabeth en Afrique du Suddu département de zoologie de l’Université de Port Elizabeth en Afrique du Sud, cette mutation génétique trouverait sa cause encore ailleurs. Le confinement des populations dans des parcs pour les protéger serait une cause de cette mutation génétique selon un article du magazine Journal of Zoology.

Et cette mutation génétique aurait des conséquences non négligeable pour l’éléphant. « Les éléphants en ont besoin pour la quête de nourriture, creuser des trous pour trouver de l’eau ou encore s’appuyer sur les troncs d’arbre et manger les feuilles. Ces défenses sont également primordiales pour les femelles afin d’éloigner les prédateurs de leurs progénitures. Et elles confèrent un avantage reproductif aux mâles lors de leurs parades sexuelles« , explique Jacky Bonnemains, porte-parole de l’association Robin des Bois. Selon ce dernier, il ne resterait actuellement plus que quelques dizaines d’éléphants ayant des défenses entre 2 et 2,5 mètres.