[Jeu vidéo] 11-11 Memories Retold : La Grande Guerre racontée autrement

En ce 11 novembre 2018, le jeu vidéo rend aussi hommage à la Grande Guerre. À l’occasion du centenaire de l’armistice de la guerre 14-18, « 11-11 Memories Retold » propose une autre vision du conflit en racontant les destins croisés d’un Canadien et d’un Allemand.

La guerre 14-18 reste peu abordée dans les jeux vidéo. En 2014, on se souvient de « Soldats inconnus : Mémoires de la Grande Guerre », une petite pépite signée Ubisoft accessible à tous et remplie d’émotion. Depuis lors, le concepteur du titre a fondé son propre studio, Digixart, dans l’optique de continuer à créer des jeux qui ont du sens. Après un premier jeu mobile, « Lost in Harmony », Digixart lance son premier grand jeu, 11-11 Memories Retold, disponible depuis le 9 novembre sur PS4, Xbox One et PC.

 

Édité par Bandai Namco, ce titre est rapidement devenu bien plus qu’une petite création indépendante. Les acteurs Elijah Wood et Sebastian Koch ont ainsi prêté leurs voix aux protagonistes. La bande-originale a été composée par Olivier Derivière et jouée par le London Philharmonia Orchestra. Enfin et surtout, « 11-11 Memories Retold » signe la première apparition du studio d’animation Aardman dans le monde du jeu vidéo. Ces Anglais à l’origine de « Wallace et Gromit », de « Chicken Run » ou encore de « Shaun le mouton » se sont occupés de l’aspect graphique du jeu.

Une vraie patte graphique

La première chose qui marque en lançant le jeu, ce sont bien les graphismes inspirés de l’impressionnisme. Memories Retold possède une véritable patte graphique. Le moteur 3D est recouvert d’une série de couches de coups de pinceaux qui donnent littéralement l’impression aux joueurs d’évoluer dans une peinture de van Gogh. Cette technique n’avait jamais été utilisée auparavant dans un jeu vidéo et l’effet est vraiment très réussi.

Deux visions du conflit

Du côté du scénario, Digixart a pris le parti d’exposer deux visions du conflit. D’un côté, on incarne Harry, un jeune Canadien qui met les pieds pour la première fois en Europe en tant que photographe officiel de l’armée. De l’autre, on est dans la peau de Kurt, un ouvrier allemand qui s’engage dans l’armée pour partir sur le front pour retrouver son fils. Le jeu alterne sans cesse entre les vies et les récits de ces deux personnages attachants qui n’ont jamais rêvé de partir à la guerre.

11-11 Memories Retold n’est pas un jeu de guerre. Ne vous attendez donc pas à prendre les armes. La majorité de l’histoire se déroule d’ailleurs à l’arrière du front. Le jeu raconte la guerre autrement et se veut accessible à tous, aux joueurs occasionnels comme aux joueurs confirmés, aux plus jeunes comme aux plus âgés. Les mécanismes de jeu sont d’ailleurs volontairement très simples et l’histoire se boucle, sans réelles difficultés, en moins de cinq heures. À quelques reprises, les joueurs sont invités à faire des choix forts, notamment en choisissant le contenu des lettres envoyées aux familles des protagonistes. Dommage cependant de ne pas savoir si ces choix ont réellement un impact en dehors du chapitre final qui offre plusieurs fins possibles.

Des morceaux d’histoire

Memories Retold a également une vocation historique et éducative. Des morceaux de lettres cachés dans les niveaux permettent d’accéder à des archives et des documents d’époque accompagnés d’explications historiques. Mais alors que le jeu mise sur son accessibilité et son aspect historique, on regrettera qu’il faille absolument débloquer l’accès à ses éléments en récoltant des fragments de lettres (qui ne sont pas toujours bien visibles à cause des graphismes). Toujours au niveau des regrets, on notera également les voix des personnages Français qui sont risibles et qui font tâches à côté d’un casting cinq étoiles pour les deux héros du jeu.

Enfin, si « Soldats Inconnus » avait réussi à nous faire couler quelques larmes malgré ses graphismes cartoons, ça n’a finalement pas été le cas avec « 11-11 Memories Retold ». Cela est sans doute dû au fait que le scénario s’éloigne parfois de la réalité et semble par moment, notamment dans la dernière partie, peu crédible. Intéressant et souvent touchant, Memories Retold n’est au final pas aussi émouvant et bouleversant que « Soldats Inconnus ».

En conclusion

11-11 Memories Retold est un jeu unique en son genre. Il brille par sa direction artistique, par la qualité de ses dialogues, de ses musiques et de son doublage. En proposant de suivre les destins croisés de deux personnages attachants, le jeu présente une vision humaine de la Grande Guerre. Malgré quelques défauts et une durée de vie assez courte (mais pour un prix de 25 € en numérique et 30 € en physique), 11-11 Memories Retold mérite largement le coup d’œil. (tw)

4/5  

REVIEW OVERVIEW
11-11 Memories Retold
SOURCEThomas Wallemacq