Pink Screens, le festival de toutes les identités

103
Photo Pink Screens Festival

La 17e édition du Pink Screens festival s’est ouvert jeudi soir au cinéma Nova à Bruxelles. Cet événement cinématographique qui explore la pluralité des identités de genre et sexuelles s’y tiendra jusqu’au 17 novembre.

Des séances supplémentaires seront également organisées au Beursschouwburg, aux Galeries, au cinéma Aventure et au Palace.

Au programme, des courts et des longs métrages, des fictions, des documentaires comme des films expérimentaux, mais aussi des performances, des débats et des soirées festives.

Avec une certaine dose d’impertinence, ce festival du film queer vise à déconstruire les binarités des identités masculines et féminines comme des orientations sexuelles.

Cette édition propose un focus « Brasil ! » qui nous confronte à la réalité de l’homophobie dans la société brésilienne. « Mange-moi ! », le second focus de cette 17e édition, a par exemple sélectionné le court métrage «  »Protokolle » du réalisateur allemand Jan Soldat qui donne la parole à trois hommes désirant être mangés.

Le film brésilien « O clube dos canibais » de Guto Parente s’inscrit aussi dans cette lignée avec une histoire à l’humour noir où des privilégiés s’offrent le luxe de se nourrir de la chair de gens du peuple.

Une exposition « Hide and Seek » est également à découvrir sur place. La soirée de clôture aura lieu le samedi 17 novembre à la Bodega. Le Pink Screens festival est organisé par l’ASBL Genres d’à côté.