En Savoie, un refuge autosuffisant grâce à… l’hydrogène

Ph. P. Folliet

Pas facile d’avoir de l’électricité pour nourrir et héberger 47 personnes quand on est installé à plus de 2.500 mètres d’altitude et que l’on doit se reposer sur une énergie solaire, forcément intermittente.

Refuge du Col du Palet, massif de la Vanoise, fin septembre. Le soleil brille, et les panneaux solaires fixés sur les murs du refuge emmagasinent l’énergie. Le refuge vient de fermer ces portes, et ne les rouvrira pas avant le mois de février. Pourtant, ces panneaux solaires ne tournent pas pour rien. «On va stocker l’énergie produite pendant tout l’hiver», explique Nicolas Vernon, le gardien des lieux. «On aura ainsi assez d’énergie pour la saison prochaine, même en cas de grisaille prolongée.»

Stocker l’énergie solaire est généralement compliqué. Jusqu’ici, du fait de l’intermittence des énergies renouvelables, près de 50% de l’énergie produite par les panneaux étaient perdue. Au refuge du Col du Palet, le stockage est devenu possible grâce à un système de conversion en hydrogène. L’ensemble de l’énergie produite est ainsi récupéré, optimisant le fonctionnement des panneaux photovoltaïques.

Ph. C. Goret

Transformer le soleil en gaz

Le principe du stockage de l’énergie sous forme d’hydrogène est simple. Dès que les panneaux photovoltaïques produisent plus que ce qui est nécessaire (ce qui est le cas quand il y a un peu de soleil et que le refuge est inoccupé), l’énergie alimente un électrolyseur, qui produit de l’hydrogène. Celui-ci est stocké dans des réservoirs installés dans une annexe. Quand l’installation du refuge ne produit plus assez d’électricité, une pile à combustible se déclenche et convertit l’hydrogène en électricité.

 

«Cela nous permet d’être autonomes en énergie toute l’année, quelle que soit la météo», se félicite le gardien du refuge, qui héberge jusqu’à 47 personnes par nuit en saison estivale. «Assurer l’autonomie énergétique des refuges, qui sont souvent isolés, est un véritable défi», souligne Rozenn Hars, Présidente du Conseil d’administration du Parc national de la Vanoise. «On est donc très fiers de cette innovation, qui ne rejette rien d’autre que de la vapeur d’eau.»

En cette belle fin de mois de septembre, l'inauguration au Palet de la première pile à hydrogène en refuge de montagne…

Posted by Refuge du Palet on Monday, October 1, 2018

L’hydrogène, une solution d’avenir

Trouver un mécanisme pour stocker de façon massive les excédents d’énergie renouvelable afin de les restituer en période de déficit énergétique donnerait un coup de fouet au développement du solaire et de l’éolien. «Si on arrive à le faire ici, sur un site isolé, on peut le faire partout», estime, Emmanuel Ballot, dirigeant chez Gest’Hydrogène, l’une des cinq entreprises qui se sont associés pour développer cette innovation.

Ph. C. Goret

La technologie de stockage de l’hydrogène peine pourtant à décoller du fait de son coût. Le dispositif expérimental du refuge du col du Palet a coûté près de 200.000 €. Le coût devrait évidemment diminuer en exploitant les résultats de ce test. «Nous avons d’autres projets dans les tuyaux», assure à ce sujet Pierre Langer, de Powidian, l’une des autres sociétés impliquées dans le projet. Des mécanismes inspirés par ce dispositif sont déjà à l’étude pour d’autres refuges de montagne, ou encore dans des régions isolées, comme le cirque de Mafate, sur l’île de la Réunion.