L’homme qui avait giflé une femme dans la rue à Paris condamné à 6 mois de prison ferme

Ph: Facebook

L’homme qui avait giflé une jeune femme fin juillet dans la rue à Paris, un acte surpris par des images de vidéosurveillance, a été condamné jeudi par la justice française à un an de prison dont six mois avec sursis.

Cet homme de 25 ans, qui comparaissait détenu, reste en prison. Le tribunal correctionnel a également prononcé une obligation de soin et une interdiction d’entrer en contact avec la victime, à laquelle il devra verser 2.000 euros en réparation du préjudice moral.
Il devra également suivre un stage de sensibilisation aux violences au sein du couple et contre les violences sexistes.

[EDIT 2 : l'agresseur a été retrouvé. J'ai conscience de la chance que j'ai eu : d'avoir eu des témoins qui ont réagi, que le bar m'ait gentiment procuré la vidéo, la forte médiatisation qui a permis des moyens importants mis en place par la police (que je remercie pour leur travail). Merci à tous pour votre soutien, qui m'a donné beaucoup de force, de courage et d'espoir. Nous avons tous, en tant que citoyen, le possibilité de faire bouger les choses. J'encourage chacun et chacune à dénoncer les comportements sexistes dont ils peuvent être témoins, c'est important. Pour une société plus juste, plus égale, plus inclusive pour toutes et tous.][EDIT : A tous ceux qui disent que les témoins n'ont pas assez bien réagi : tout s'est passé très vite et ils n'ont pas eu le temps de comprendre la situation. L'agresseur était dangereux. Après l'agression, je suis revenue et les témoins ont été d'un grand soutien, merci de ne pas les lyncher]Hier soir, alors que je rentrais chez moi, vers le Boulevard de la Villette dans le 19ème arrondissement à Paris, j'ai croisé un homme. Il s'est permis de m'adresser des bruits/commentaires/sifflements/coup de langue sales, de manière humiliante et provocante à mon passage.Pas de chance, c'était pas le premier de la journée et j'étais fatiguée. J'ai donc lâché un "ta gueule" en traçant ma route.Car je ne tolère pas ce genre de comportement. Je ne peux pas me taire et nous ne devons plus nous taire. Ça n'a pas plu à cet homme. Après m'avoir jeté un cendrier dessus, il est revenu sur ses pas et m'a suivi dans la rue.Il m'a frappé au visage, en pleine rue, en pleine journée, devant des dizaines de témoins.J'ai porté plainte.Ce n'est pas le seul. Le harcèlement c'est au quotidien. Ces hommes qui se croient tout permis dans la rue, qui se permettent de nous humilier et qui ne supportent pas qu'on s'en offusque, c'est inadmissible. Il est temps que ce genre de comportement CESSE.#NousToutes

Posted by Marie Laguerre on Wednesday, July 25, 2018

Le parquet avait requis un an de prison ferme et six mois avec sursis contre le prévenu.
L’affaire avait éclaté fin juillet, lorsque Marie Laguerre, une étudiante de 22 ans, avait publié sur Facebook un billet racontant son agression, images de vidéosurveillance à l’appui. Elle y accusait l’homme de lui avoir adressé des bruits et remarques à connotation sexuelle.

« J’ai donc lâché un ‘ta gueule’ en traçant ma route. Car je ne tolère pas ce genre de comportement », écrivait-elle. L’homme lui avait alors jeté un cendrier, avant de la gifler violemment devant des témoins, en pleine journée. Les images avaient suscité l’indignation, aussi bien en France qu’à l’étranger, sur fond de débat sur le harcèlement de rue.