[Jeu vidéo] Assassin’s Creed Odyssey – Une incroyable Odyssée

664

En 2017, la saga Assassin’s Creed faisait un retour fracassant avec Origins, un épisode qui s’était hissé dans notre top 3 des jeux de l’année. Moins d’un an plus tard, la licence est déjà de retour avec Odyssey. Cet épisode arrive-t-il à faire aussi bien, voire mieux, que son prédécesseur? À quelques jours de la sortie, on vous dit tout.

La saga Assassin’s Creed continue son exploration de l’Histoire. Après l’Égypte ancienne l’an passé, Ubisoft plonge les joueurs dans la Grèce antique, en l’an 431 avant notre ère. Moins d’un an après la sortie d’Origins, il ne fallait pas s’attendre à des grands bouleversements. Et pourtant, Assassin’s Creed Odyssey n’est pas avare en nouveautés. Malgré le nouvel univers, les premières heures de jeu laissent une impression de déjà-vu et nous paraissent même un peu ternes.

Odyssey ne nous a pas procuré la claque et l’effet de surprise que nous avions eu avec Origins. On a même un instant pensé que les développeurs s’étaient contentés de remplacer les Sphinx et les pyramides par des temples et des statues colossales, et les hippopotames et les crocodiles par des cerfs et des sangliers. Malgré un début assez lent, cette première impression a évolué au fil des heures et après plus de 30h de jeu, on peut vous confirmer qu’Odyssey est plus qu’une simple mise à jour d’Origins.

Un héros ou une héroïne

Notre Odyssée commence en fanfare, au cœur de la bataille des 300 avec Sparte et le roi Leonidas. C’est seulement après cette introduction qu’il faut choisir son niveau de difficulté, mais également entre un mode «guidé» et un mode «exploration». Ce dernier s’inscrit dans la nouvelle approche voulue dans les développeurs, nettement plus orientée RPG. Si ces choix peuvent être modifiés plus tard, ce n’est pas le cas du personnage. Vous devrez choisir entre une aventure masculine avec Alexios ou une aventure féminine en incarnant Kassandra.

Puisqu’il s’agit de la première fois dans la saga qu’il est possible d’incarner une femme tout au long de l’histoire, nous avons choisi cette héroïne, une sorte de Lara Croft antique plus musclée et avec un drôle d’accent grec dans la VO! En fonction de vos décisions, cette mercenaire sans foi ni loi peut tantôt soutenir les Athéniens, tantôt les Spartiates, et même donner un petit coup de main aux pirates.

Tout au long de l’aventure, votre personnage explorera l’immense monde ouvert pour découvrir son histoire familiale et mettre fin à un culte secret qui règne sur la région. En termes d’open world, Odyssey se positionne à des années-lumière de l’immédiateté du récent Spider-Man. Résultat: Après plus de 30h de jeu, il y a encore de nombreuses zones de la carte que nous n’avons pas explorées. Parallèlement, il faut accepter une progression parfois très lente. Par exemple, ce n’est qu’après près de 15h de jeu que notre héroïne a mis les pieds à Athènes et a découvert le Parthénon. La découverte d’une nouvelle île ou d’une nouvelle région réserve toujours son lot de surprises qu’il s’agisse d’une carrière de marbre, de marais salants, d’exploitations d’argile ou de vignobles. Au final, Assassin’s Creed Odyssey offre une aventure incroyable.

Une nouvelle orientation

La grande nouveauté de cet opus est l’orientation encore un peu plus RPG prise par Odyssey. Dans la pratique, cela demande de lire attentivement les dialogues, de choisir les questions à poser à ses interlocuteurs, de devoir faire des choix et de prendre des décisions qui ont un impact, parfois instantané, sur le scénario. Voici un exemple tiré de notre expérience. Appelée à enquêter sur une tentative de meurtre, Kassandra doit chercher des indices et interroger le voisinage. À la fin, elle doit choisir entre deux suspects. En lisant un peu trop vite les dialogues, nous avons fait le mauvais choix et nous avons retrouvé la victime assassinée chez elle, conséquence directe de notre mauvaise décision.

Avec le mode «Exploration», c’est la fin des objectifs indiqués sur la carte. Les conversations donnent simplement des indications sur l’emplacement. Pour le reste, il faut chercher, faire des déductions et utiliser son aigle pour repérer les lieux. Les combats sont également plus techniques avec de nombreuses aptitudes à manier et à débloquer au fil de l’aventure.

Enfin, on les avait aperçues dans Origins, les batailles navales sont de retour avec cette fois la possibilité d’améliorer son navire, de le personnaliser et de gérer l’équipage. Même si cela n’est pas vraiment l’aspect que nous avons le plus apprécié, Odyssey réserve son lot de batailles navales pour les amateurs du genre.

L’élément qui a le moins changé est sans doute le moteur graphique. Origins avait placé la barre très haut, Odyssey est dans la continuité. Optimisés pour les PS4 Pro et Xbox One X, les graphismes sont jolis et réussis. Le titre d’Ubisoft se classe parmi les plus beaux jeux de l’année.

Une durée de vie colossale

Comme beaucoup d’autres épisodes d’Assassin’s Creed, le scénario d’Odyssey est travaillé et rempli de rebondissements. On croisera dans l’aventure de nombreux personnages historiques comme Hérodote, Socrate ou encore Hippocrate. Le jeu est rempli de choses à faire, à découvrir et d’activités. D’ailleurs, Assassin’s Creed Odyssey se distingue par une durée de vie phénoménale, bien plus importante que ses prédécesseurs. Ainsi, comptez une cinquantaine d’heures de jeu avant de découvrir le générique de fin et plus de 70h pour explorer la totalité de l’immense carte et participer à toutes les missions annexes.

Si vous avez aimé Assassin’s Creed Origins, vous devriez adorer Assassin’s Creed Odyssey. Davantage orienté comme un Action RPG, il offre de nouvelles possibilités dans une Grèce antique reproduite avec fidélité. Cette nouvelle aventure est longue et marquante, animée des choix forts à effectuer.

Découvrez le trailer de lancement d’Assassin’s Creed Odyssey :

REVIEW OVERVIEW
Assassin’s Creed Odyssey