Les baskets se mettent au vert

En mars dernier, Kasper Rorsted, le grand patron d’Adidas, a annoncé qu’un million de paires de baskets fabriquées à partir de plastique recyclé avaient été vendues dans le monde, dix mois seulement après leur commercialisation. Un véritable succès et une tendance qui devrait encore se développer chez la marque aux trois bandes mais aussi chez les autres.

Des déchets recyclés aux pieds

Tout a commencé au début de l’été 2015 lorsque la marque allemande a présenté pour la première fois le fruit de sa collaboration avec l’organisation « Parley for the oceans » : une paire de baskets élaborée avec des déchets de l’océan, notamment des fragments de vieux filets récupérés et recyclés. Au fil des mois, le projet n’a cessé de se développer et s’est finalement concrétisé mi-2017 avec la commercialisation d’une version « durable » des Adidas UltraBoost.

Adidas compte bien continuer de surfer sur la vague du recyclage. Aujourd’hui, la gamme Parley s’est d’ailleurs étendue à d’autres modèles de baskets, mais aussi à d’autres produits comme des maillots de bain, des t-shirts ou encore des sacs à dos. Tous portent une mention indiquant qu’ils ont été confectionnés à base de Parley Ocean Plastic™, une matière conçue à partir de déchets recyclés qui ont été collectés sur les côtes avant qu’ils n’atteignent l’océan. La marque indique qu’une paire d’UltraBoost Parley est composée de 85 % de cette matière recyclée, un chiffre qui correspondrait à environ onze bouteilles en plastique.

Même si elles restent encore timides, les initiatives écologiques se multiplient chez d’autres grandes marques de sneakers. Le plus souvent, elles sont néanmoins limitées à des éditions spéciales et temporaires.  Reebok, par exemple, s’est tourné vers le coton et le maïs pour créer une paire de baskets durables baptisée « NPC UK Cotton + Corn ». Le but de la marque est de ne pas utiliser de dérivés de pétrole mais « des matériaux qui poussent de manière naturelle et qui peuvent être replantés ». Commercialisées depuis le mois d’août, ces sneakers sont produits en édition limitée et sont uniquement disponibles aux États-Unis.

Des baskets vegan ?

D’autres marques vont plus loin que le recyclage et se positionnent sur le créneau des baskets 100 % vegan. Ces modèles n’utilisent aucune matière d’origine animale. Pas de cuir, ni de daim donc. Pour l’instant, les grandes marques de sneakers optent plutôt pour des éditions limitées vegan. En 2017, Converse a ainsi lancé une paire de chaussures baptisée « Cons X Chocolate Kenny » en collaboration avec le skateur vegan Kenny Anderson. Mais ce modèle est épuisé depuis longtemps.

Vans a également déjà commercialisé plusieurs modèles vegan comme le Classic Slip-On et Authentic Lo Pro. En cette rentrée, Adidas est également entré dans la dance en lançant des Stan Smith vegan signée Stella McCartney. Leur prix, 180 €, risque cependant d’en rebuter plus d’un.

Pour afficher vos convictions à vos pieds avec des baskets 100 % vegan, mieux vaut vous tourner vers des plus petites marques qui s’inscrivent entièrement dans cette démarche. C’est le cas de Veja. Ces sneakers sont fabriquées au Brésil avec une combinaison de matériaux écologiques et durables. Pour l’un des modèles phares de la marque, le V-10, la tige est conçue en B-Mesh, une matière composée de bouteilles en plastique recyclées. Le logo latéral et la semelle sont en caoutchouc sauvage d’Amazonie (60 %). Enfin, la doublure intérieure et la semelle intérieure sont en coton biologique.

Promenons-nous dans le bois

Jésus transformait l’eau en vin. Nat-2 transforme le bois, la pierre et même le marc de café en baskets. Cette marque allemande basée à Munich développe depuis 2016 « les premières sneakers vegan fabriquées à partir de vrai bois ». Les baskets Nat-2 sont fabriquées à partir de ressources naturelles comme du bois certifié durable, de la pierre, du foin, du caoutchouc naturel ou du cuir végétal, mais aussi des matériaux recyclés comme du maïs, du marc de café, des bouteilles en plastique, des fibres d’ananas ou encore des bouchons de bouteilles de vin. Le résultat, ce sont des sneakers 100 % vegan, qui utilisent de la colle à base d’eau et aucunes matières issues du monde animal.

Le plus étonnant, c’est que ces baskets sont très stylées. Le seul hic se situe au niveau du prix. Comptez au moins 300 € par les modèles créés à partir de bois, 350 € pour ceux fabriqués à partir de marc de café recyclé et même jusqu’à 900 € pour la paire avec du cuir conçu à partir d’amadouvier (Fomes Fomentarius), un champignon qui pousse sur les arbres.