Quand émotions et sensations sont décuplées

854
Photo Pexels

Vous pleurez encore devant un Disney? Vous captez rapidement les émotions des personnes qui vous entourent? Alors, vous êtes peut-être hypersensible. Rassurez-vous, rien de grave! Car sensible, nous le sommes tous. Votre degré de sensibilité n’est juste pas le même que tout le monde.

L’hypersensibilité n’est pas une pathologie. Inutile de vouloir soigner ce qui n’est autre qu’une des caractéristiques qui font de vous ce que vous êtes. Ceci étant, l’hypersensibilité, c’est un mode de ressenti qui concerne tout de même 20% de la population. Un hypersensible est tout simplement plus -voire beaucoup plus- sensible que les personnes qui l’entourent.

Si les stimuli viennent de différents endroits, que ce soit l’environnement, l’intellect, ou la créativité, le terme « hypersensibilité » s’applique surtout dans le champ émotionnel.

« Les émotions et les ressentis d’un hypersensible sont intensifiés, et ses expressions somatiques sont plus importantes que la moyenne », explique Nathalie Alsteen, coach, thérapeute et conférencière.

« Ainsi, il va plus facilement avoir mal à l’estomac, ou plus rapidement ressentir la douleur. Il peut aussi être plus vite marqué par son environnement: quand il rentre dans une pièce, l’hypersensible va ressentir l’ambiance qui y règne. Une question d’atmosphère d’abord, mais de rapport à autrui également: si la personne en face de lui ne va pas très bien, l’hypersensible aura tendance à le ressentir et à démontrer plus d’empathie. Enfin, l’odorat d’un hypersensible peut lui aussi être décuplé. »

Vous l’aurez compris: chez un hypersensible, tout est exponentiel. Est-ce grave pour autant? Non, puisque l’hypersensibilité n’est ni anormale, ni pathologique. Par contre, quand un hypersensible commence à s’exclure de la société et à devenir ce qu’on appelle un phobique social, c’est évidemment problématique.

Mais avant d’en arriver là, un hypersensible a de nombreuses manières, non pas d’atténuer ses émotions, mais de les accueillir.

Être conscient de son hypersensibilité, première étape cruciale

Avant même de travailler sur ses émotions, la personne doit prendre conscience de son hypersensibilité. Les personnes plus sensibles n’en sont en effet pas toujours conscientes. Quand un hypersensible n’a pas encore appris à se recentrer sur lui et à ne plus être une éponge émotionnelle, l’environnement peut se révéler très épuisant. Qu’il s’agisse de l’environnement professionnel ou familial.

Mais pour se ressourcer, c’est aussi du côté de l’environnement, physique cette fois, que la personne va se diriger. La nature est en effet un terrain idéal pour se recentrer sur soi. « C’est pour cela que certains vont aimer travailler dans des entreprises basées dans des espaces verts, où le contact avec la nature est plus présent », explique la thérapeute.

Développer une conscience du corps

Il faut garder à l’esprit qu’on peut se porter très bien même si l’on est hypersensible. « Cela fait partie de nous et c’est important d’accueillir, et non de gérer ses émotions, comme on peut parfois entendre ou lire dans les magazines. Les émotions que ressent un hypersensible sont là pour lui donner des clés, lui montrer le chemin, un peu comme un GPS émotionnel », explique Nathalie Alsteen, qui insiste sur l’importance du rapport au corps.

« Que se passe-t-il au niveau de mon corps? J’ai une tension à cet endroit, qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Il faut que la personne développe une conscience personnelle. » 

Quels exercices?

Parfois, la personne peut avoir besoin d’aide et c’est là qu’interviennent les consultations ou le coaching, qui vont lui permettre d‘avoir les bonnes clés de lecture.

Différentes méthodes peuvent aider cette personne. Pleine conscience, relaxation, balade dans la nature, moments de ressourcement, journal créatif où déposer ses émotions, rencontre avec un cercle d’amis qui fonctionnent un peu comme nous et avec qui on va pouvoir échanger,… Bref, les façons de mieux appréhender l’hypersensibilité ne manquent pas.

Hypersensible, vous?

À la lecture de cet article, vous vous demandez si vous ne seriez pas hypersensible ? Elaine Aron, l’auteure qui a le plus étudié la question, a publié un test, disponible un peu partout sur internet, qui vous permet de déterminer si vous êtes hypersensible ou non.

Le test est assez simple, il s’agit de 21 questions auxquelles il faut répondre par oui ou par non. Au-delà de 14 réponses positives, « vous êtes probablement hypersensible », dit l’auteure. Faites le test !

Margot Dubuisson