Marghem: «L’impact sur la facture doit être pris en compte par l’opérateur»

BELGA / E. Lalmand

L’impact éventuel sur la facture d’électricité découlant de la non disponibilité de six des sept réacteurs nucléaires en novembre «doit pouvoir être pris en compte dans la responsabilité de l’opérateur (Electrabel, ndlr)», a estimé mardi la ministre fédérale de l’Énergie Marie Christine Marghem (MR) sur les ondes de La Première.

«Nous analysons juridiquement cette situation et le lien de causalité dans une responsabilité – que nous estimons évidente – de l’opérateur, sachant bien que tout le monde sait quand l’hiver arrive», a-t-elle déclaré.

D’après la ministre, la responsabilité d’Electrabel est engagée au regard de son caractère sensible d’opérateur, producteur de 54% de l’électricité en Belgique. «Quand on a un parc d’une telle importance, critique pour la production dans le pays, on fait en sorte que les entretiens ou travaux qu’on y fait tiennent compte de la période hivernale», a précisé la ministre libérale, appelant l’opérateur à s’impliquer pour «trouver une solution qui permette de passer l’hiver dans de bonnes conditions».

Tihange 2 et 3 indisponibles

A l’origine de la polémique se trouve l’annonce de la non disponibilité des réacteurs de Tihange 2 et 3 dans les prochains mois, alors que quatre autres réacteurs ne seront pas non plus disponibles dans les prochaines semaines.

Lors de l’interview, Mme Marghem a une nouvelle fois évacué toute responsabilité ministérielle, renvoyant à la responsabilité opérationnelle d’Electrabel et à la responsabilité technique d’Elia sur laquelle elle fonde son analyse politique.

La ministre a assuré bénéficier d’un soutien «absolu» du gouvernement et du Premier ministre dans ce dossier. D’après elle, certaines critiques émanant de partis de la majorité (Open Vld et CD&V) résultent d’une «période électorale propice au profilage des uns et des autres».