[Jeu vidéo] Phantom Doctrine – Un jeu de stratégie exigeant sur fond de guerre froide

668

Avec son dernier titre, le studio polonais de CreativeForce s’invite sur console de salon avec Phantom Doctrine, un jeu de stratégie et d’espionnage au tour par tour qui ne plaira pas forcément à tous les joueurs.

Sorti en toute discrétion le mois dernier, Phantom Doctrine est un jeu signé par CreativeForge, le studio polonais à l’origine de Hard West. En appliquant le célèbre adage « On ne change pas une recette qui gagne », le studio basé à Varsovie revient avec un jeu de stratégie au tour par tour. Cette fois, les développeurs et leur éditeur Good Shepherd Entertainment ont vu plus grand puisque Phantom Doctrine est disponible sur PC mais il s’invite également dans les salons avec une version PS4. Si le style de jeu reste le même, le changement de décor est quant à lui radical puisque qu’on passe du Far West à la guerre froide.

Prenez la tête d’une organisation secrète

Phantom Doctrine plonge les joueurs en 1983 et les met à la tête d’une organisation secrète appelée la Cabale. Sur le papier, l’idée est originale et intéressante puisque Phantom Doctrine veut offrir une lecture alternative de l’histoire moderne déclinée sous forme de thriller conspirationniste. Dans la pratique, Phantom Doctrine est un jeu exigeant qui s’adresse aux connaisseurs et aux amateurs du genre. Après avoir choisi la difficulté (avec même un mode Iron Man au programme), créé son personnage et choisi son camp (CIA ou KGB), le joueur est plongé dans l’univers de la guerre froide.

Des graphismes vieillissants et quelques maladresses

Un tuto en Grande-Bretagne permet d’apprendre quelques-uns des nombreux mécanismes derrière ce jeu de stratégie au tour par tour, notamment la gestion des points d’action (PA) et des points de tir (PT). Dès la première mission, il faudra tenter de mettre tout ça d’application au Pakistan, lors d’une mission durant laquelle vos trois agents vont enquêter sur des rumeurs de programme nucléaire. Pour bien faire, il faut récupérer les nombreux documents cachés dans la map, éliminer les ennemis le plus discrètement possible, ou mieux encore ne pas se faire repérer, et atteindre le point d’extraction, de préférence avec tous ses agents en vie. Cette première mission est déjà l’occasion de constater que les graphismes sont d’un autre âge et nous ramènent dix ans en arrière, mais aussi de constater qu’il y a quelques bugs assez gênants. Une fois repéré, les ennemis peuvent parfois vous atteindre même si vous n’êtes pas dans leur champ de vision. Plus gênant encore, si un seul agent est repéré, c’est toute votre équipe qui est détectée, même vos agents qui étaient bien cachés.

Deux jeux en un

À la fin de la mission, on découvre un tout autre aspect du jeu. De retour à la base, c’est un autre style de jeu qui commence. Phantom Doctrine fait ainsi place à la gestion de son réseau d’espionnage, aux enquêtes et au développement de sa base et de ses agents. Il faut notamment surveiller les activités suspectes sur la carte du monde et choisir quel agent envoyer à quel endroit en fonction de sa position et du temps de trajet nécessaire en avion pour qu’il s’y rende. Le jeu alterne ainsi entre des missions sur le terrain avec des objectifs variés et ces phases de gestion.

 

Vous l’aurez compris Phantom Doctrine est un jeu tactique, stratégique et exigeant qui s’adresse avant tout aux fins tacticiens. À condition de fermer les yeux sur les graphismes, la réalisation et les quelques défauts cités plus haut, les amateurs du genre trouveront leur bonheur avec une campagne solo longue d’une quarantaine d’heures.

Découvrez le trailer de lancement :

REVIEW OVERVIEW
Phantom Doctrine (PC, PS4)