Les chasseurs pointés du doigt pour la diffusion de la peste porcine

159
AFP

La responsabilité des chasseurs dans le risque de diffusion de l’épidémie de peste porcine africaine en province de Luxembourg est «totale», estime la Fédération inter-environnement Wallonie.

L’arrivée de la peste porcine dans la région «était annoncée de longue date par les scientifiques et les naturalistes», souligne Fédération inter-environnement Wallonie. Depuis 2008, publications scientifiques et rapports sur l’état de la faune sauvage wallonne établissent, selon la fédération, que le nourrissage artificiel du gibier par les chasseurs contribue à l’explosion des densités de celui-ci et que la promiscuité sur les points de nourrissage «induit de manière évidente un risque sanitaire de survenance et de développement d’épidémies».

En 2012, le ministre Carlo Di Antonio a adopté un plan de réduction des densités. Les représentants des chasseurs s’étaient mobilisés, et l’actuel ministre de l’Agriculture René Collin a mis un terme à cette politique en 2015.

«Les densités actuelles qui résultent de cette (non)politique sont particulièrement destructrices des écosystèmes forestiers, ouvrant largement la porte aux risques d’apparition et de développement d’épizooties comme celle que nous connaissons aujourd’hui», regrettent les associations environnementales. IEW estime qu’ »une révision en profondeur de la politique de la chasse, à l’instar de ce qui se fait au Luxembourg, est indispensable. Et ce, sans tarder et en concertation avec l’ensemble des acteurs du monde rural ».

L’apparition du virus a poussé six pays à interrompre leurs importations de porc belge.