Le Centre pour la cybersécurité met en garde contre le cryptojacking

364

Le Centre pour la cybersécurité Belgique (CCB) s’inquiète de l’augmentation des cas de cryptojacking, soit un procédé qui permet d’accéder à l’ordinateur d’internautes à leur insu afin de l’utiliser pour collecter de la monnaie virtuelle ou cryptomonnaie. Le CCB publie dès lors une brochure sur le phénomène dans le but d’informer non seulement les professionnels de l’ICT mais également les utilisateurs finaux. Au cours de ces derniers mois, le Centre pour la cybersécurité Belgique a constaté une augmentation du nombre d’infections de cryptojacking. « En 2017, le nombre de signalements de coinminers (logiciel malveillant, ndlr) auprès des utilisateurs finaux a grimpé de 8.500 pour cent », indique le CCB, qui redoute que le cryptojacking ne devienne une menace plus importante que les ransomware.

Afin de bien comprendre le phénomène, il faut savoir que les monnaies électroniques (dont la plus connue est le Bitcoin) sont générées par des ordinateurs qui effectuent de nombreux calculs. Pour effectuer ces calculs, un ordinateur ou un smartphone est récompensé en Bitcoins. Ce procédé est connu sous le nom de cryptomining ou minage de cryptomonnaies. Le cryptojacking utilise ce processus mais en l’exécutant à l’insu des utilisateurs, sur leur ordinateur, afin de collecter de la cryptomonnaie.

Au vu de l’ampleur prise dernièrement par le phénomène, le CCB a décidé de publier une brochure, laquelle doit permettre aux internautes de se défendre contre d’éventuelles attaques de ce type. Le centre pour la cybersécurité conseille notamment d’utiliser un logiciel anti-virus, d’installer uniquement les extensions/plug-ins de navigateur que vous estimez fiables, ainsi que de contrôler régulièrement les extensions installées et de supprimer celles inutilisées…

Vous trouverez davantage d’informations sur le cryptojacking et sur la manière de le déceler sur le site web suivant: www.safeonweb.be.

Source: Belga