MiNT : Petites musiques de l’été 2018 (S01E07)

339

La volupté dans sa plus triste splendeur avec le retour de l’inconsolable SYML face à la folie furieuse de quelques Australiens baptisés Pond. Au choix.

SYML – Girl (Acoustic)

Il a grandi dans l’État de Washington, mais Brian a souvent changé d’adresse dans et autour de Seattle. Aujourd’hui, il vit à Issaquah, sa ville natale, où il écrit et produit sa musique dans son propre studio, à la maison.

C’est à 18 ans qu’il se met à écrire sa première chanson, sorte de catharsis après le décès d’un camarade de classe. Il choisira ensuite de poursuivre des études d’histoire de la musique, avec une spécialisation dans les percussions. 17 ans plus tard, il se fait appeler SYML, ce qui signifie « simple » en gallois, allusion à sa propre histoire (ses origines d’enfant adopté).

À 35 ans, Brian Fennell a déjà une solide carrière derrière lui, mais à l’ombre des grands boulevards et des tubes. Encore que : avec Where’s My Love, popularisé par la série Teen Wolf en 2016, il se paie le luxe de rester rien moins que 20 semaines d’affilée dans les classements américains et canadiens. Ce titre le poursuivra longtemps, très longtemps. Brian a reçu cette année un disque d’or au Canada… et en Belgique. 2018 toujours : le titre figure sur la bande originale du film Adrift.

Il devait bien y avoir une vie après Where’s My Love et ses nombreux produits dérivés : édition acoustique, remix sauvage, remix chill. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir publié 4 EP. Le point commun et rassembleur de tous ces titres ? Une mélancolie universelle, mais pas forcément triste.

«Je pense que la raison derrière tout ça, c’est que j’écris intentionnellement mes chansons, tant les paroles que la musique, pour m’émouvoir. Et si ce n’est pas super heureux, avec de la musique et des paroles joyeuses, tout peut paraître un peu triste. Je parle souvent d’émotions, de sentiments, de ce que c’est que d’être un être humain. Et une grande partie de ça, ce n’est pas super heureux tout le temps», explique-t-il en mai dernier à nos confrères du journal Métro au Canada.

Le 16 août dernier, SYML a réussi à nous émouvoir de nouveau avec des mots simples, des accords voluptueux. « Girl (Acoustic) » ne se contentera certainement pas d’une seule écoute, vous voilà prévenu(e)s.

 

SYML se produira le 11 novembre au Depot à Leuven avec Harrison Storm en première partie. En février 2018, il a accordé à MiNT la plus délicate des BaseMiNT session, à revoir en ligne sur mint.be.

Pond – Paint me Silver

La curiosité de la semaine nous vient de Perth en Australie. Formé il y a 10 ans, le groupe évolue au gré des saisons. Des membres s’en viennent. D’autres s’en vont. Vous avez peut-être halluciné devant le rock psychédélique de Man it Feels Like Space Again en 2015, un bijou de plus 8 minutes (et son clip). Retour aux affaires avec un album de 11 titres, The Weather, sorti cette année. L’étrange Burnt out Star a été précédé par un titre plus ou moins calibré pour une écoute classique en radio : Paint Me Silver (3’44) nous plonge dans un univers entre Tame Impala, David Bowie et MGMT. Son clip nous invite à une soirée dansante entre créatures extraterrestres. Psyché, on vous a dit.