PHOTOS. Dans le monde fantastique de Tim Burton

623
© Selma Gurbuz © C-mine

Après être passée par New York, Paris, Tokyo ou encore Prague, l’expo « The World of Tim Burton » s’arrête pour plusieurs mois à Genk. Plus de 400 objets nous plongent dans l’œuvre prolifique du réalisateur américain.

Avant d’aborder l’exposition en tant que telle, il faut tout d’abord évoquer le site choisi pour l’accueillir. Les anciens bâtiments miniers de C-mine, à Genk, constituent véritablement un lieu sur mesure pour l’occasion. Tim Burton aurait très bien pu y tourner l’un de ses films. Authentique, froid et métallique, nous sommes directement dans l’ambiance.

Ph. C-mine

 

© Selma Gurbuz © C-mine

Avant d’être un célèbre réalisateur, Tim Burton est surtout un extraordinaire dessinateur. Et cette exposition cherche à plonger les visiteurs dans l’intimité de l’artiste. Tim Burton a besoin d’exprimer son imagination débordante, partout, tout le temps : sur un carnet, sur des serviettes, des blocs-notes de chambres d’hôtels, sur tout ce qu’il trouve. Les dessins que l’on découvre au fil des salles n’étaient pas destinés à être exposés. On peut donc y voir des personnages ayant inspiré ses films mais aussi des créations très personnelles, et notamment des projets n’ayant jamais vu le jour.

© Selma Gurbuz © C-mine
© Selma Gurbuz © C-mine

Différentes sections

© 2018 Tim Burton

L’exposition est divisée en deux parties, elles-mêmes divisées en plusieurs sections. Différents dessins, peintures, figurines et sculptures se succèdent, nous faisant entrer progressivement dans le monde, à la fois horrifique et comique, du réalisateur d’« Edward aux mains d’argent ». Pour ceux qui connaissent bien sa filmographie, c’est une occasion de pénétrer plus profondément dans son imaginaire. Pour les autres, c’est une occasion de le découvrir.

© 2018 Tim Burton

Par exemple, la section « Film Characters » nous en apprend davantage sur le processus de création et de développement des différents personnages créés par Tim Burton. Une autre section s’intéresse aux influences du cinéaste, notamment celle de Vincent Price, un ancien acteur de films d’épouvante. Ce dernier est d’ailleurs le héros d’un film d’animation de Burton visible -parmi d’autres- dans la section courts-métrages de l’expo.

Des thèmes récurrents

En passant de salles en salles, on retrouve des thèmes chers à l’artiste, comme les fêtes -Noël, Halloween ou le Carnaval- ou celui des « parias incompris », le plus reconnaissable de la filmographie de Tim Burton. Un thème également très personnel puisque c’est de cette manière que le réalisateur s’est toujours senti.

© 2018 Tim Burton

En ressortant de cette exposition très réussie, on regrettera peut-être un manque d’interactivité qui aurait permis une immersion encore plus profonde dans le monde fantasmagorique du réalisateur. Une interactivité qui aurait pu intéresser les plus jeunes. Des activités annexes sont toutefois organisées comme des projections ainsi qu’une « journée de la famille » avec des animations théâtrales.

 

On terminera notre visite par un arrêt au Burton Café, spécialement créé pour l’occasion. On peut y déguster un jus de fruit maison ou une gaufre salée dans le magnifique décor de « Big Fish ». Un jardin, une église et des chaussures suspendues : une fin digne du maître du fantastique.

© Stad Genk © C-mine

« The World of Tim Burton », jusqu’au 28 novembre 2018, à C-Mine Genk. Infos et tickets sur : www.c-mine.be