Metro a testé les fusils laser connectés Recoil de Goliath

940

Quelques mois après les États-Unis, Recoil débarque sur le marché belge. Que vaut ce jeu de fusils laser connectés à des smartphones? Nous les avons emmenés lors de nos barbecues d’été et on vous dit tout!

Pour les petits et les grands enfants, les fusils laser en plastique ne sont pas nouveaux. Depuis les années 80, des fabricants de jouets en proposent, essentiellement pour les enfants. La plupart des adolescents et des jeunes adultes ont rapidement abandonné ce genre d’accessoire pour se tourner vers les parties virtuelles dans les jeux vidéo ou vers les terrains de laser game ou de paint ball. Bien décidé à sortir les joueurs les plus acharnés de leur canapé, Goliath arrive avec Recoil GPS Laser Combat, un nouveau concept de jeu mélangeant le réel et le virtuel. Metro s’est pris au jeu et l’a testé.

La technologie au rendez-vous

Le principe de Recoil est simple: reproduire des parties dignes de jeux vidéo avec des fusils laser connectés en Bluetooth aux smartphones des joueurs et en Wi-Fi à un hub. Malgré sa taille, le contenu du starter pack (vendu 150 €) est plutôt dépouillé. On y trouve deux pistolets assez lourds et imposants, un support pour y fixer le smartphone et un hub, la base Wi-Fi sur laquelle tous les joueurs vont devoir se connecter et qui va organiser les parties. Enfin, un petit feuillet d’explications accompagne le tout. Avec ses deux petites pages, il est néanmoins loin de présenter toutes les subtilités du jeu et des parties. Dommage. Seules les parties et l’expérience vont permettre de se familiariser peu à peu avec le concept.

Avant de se lancer dans l’aventure, il y a une première surprise. Et elle est plutôt désagréable. En effet, tous les composants fonctionnent avec des piles, beaucoup de piles. On a presque eu l’impression de revenir 30 ans en arrière lorsqu’il fallait faire fonctionner les premiers Game Boy. Chaque fusil nécessite quatre piles, même chose pour la base qui, quant à elle, peut éventuellement être branchée à une prise via un câble USB. Lors de notre première partie, à laquelle nous avons ajouté deux fusils supplémentaires au kit de base (vendus séparément pour un peu plus de 50 € pièce), il nous aura ainsi fallu 20 piles (non fournies dans la boîte). Et lorsqu’un pistolet s’est malencontreusement allumé durant le transport et qu’il arrive quasiment déchargé pour commencer la partie, ça la fout mal.

Plusieurs modes de jeu

Mais place au jeu et là, ça devient tout de suite nettement plus amusant. Avant de commencer, chaque participant doit télécharger l’application «Recoil Game» disponible gratuitement sur Android et iOS. Cependant, vu son poids (plus de 100 MB), mieux vaut prévoir une connexion Wi-Fi ou avoir un bon forfait mobile. Une fois l’app téléchargée, la synchronisation avec le smartphone et le hub se fait très facilement, c’est un bon point. Une fois que tout cela est effectué, on peut enfin commencer à jouer. Recoil propose trois types de parties, toutes inspirées des jeux vidéo. Dans le match à mort, dans lequel les règles sont personnalisables, c’est chacun pour soi. Il faut éliminer le plus d’adversaires tout en évitant de mourir. Le deuxième mode est le deathmatch par équipe. Enfin, il est également possible d’organiser des captures de drapeau.

Immersion assurée

Dans la pratique, Recoil peut se jouer à l’intérieur et à l’extérieur. Mais c’est dans cette deuxième situation que le jeu prend tout son sens. Théoriquement, le hub, qu’il faut installer à 1 ou 2 m de hauteur au milieu du terrain, a une portée de 75 m. Mais dans la pratique, mieux vaut préparer un terrain délimité avec des arbres, des recoins ou des cabanes pour se mettre à l’abri, et ne pas trop s’éloigner de la base au risque de ruiner la partie en étant déconnecté.

Le bruit émis par les fusils et le recul lorsqu’on appuie sur la gâchette rendent l’immersion encore plus intense. Mais finalement, même s’il faut bien sûr viser et savoir se mettre à couvert, c’est sur l’écran du smartphone que tout se passe. Le jeu utilise le GPS des téléphones et l’écran affiche une mini-map avec la localisation des alliés et des ennemis, mais également notre barre de vie ou si on a tué un adversaire. Plus intéressant, le smartphone vous indique l’emplacement de caisses d’armes qui sont larguées sur la map lors des parties. Vous pouvez ainsi récupérer des attaques aériennes à lancer sur vos ennemis ou des balles perforantes qui feront plus de dégâts. Dans les règles, il est également possible d’obliger de retourner à un point de «respawn» pour réapparaître après avoir été touché.

Même si les parties ne durent que deux ou trois minutes, Recoil est un jeu très intense qui fera transpirer les participants. Jeunes trentenaires, pères de famille cinquantenaires ou enfants de 10 ans fans de Fortnite, toutes les personnes avec qui nous l’avons essayé se sont montrées bluffées par le concept, l’immersion et la technologie utilisée par Recoil. C’est fun, physique et technologique, on retrouve les sensations d’un paint ball (sans la douleur des billes de peinture) ou d’un laser tag. Deux ombres au tableau: le fonctionnement sur piles et le prix.