Nouveau séisme à Lombok, en Indonésie

AFP PHOTO / SONNY TUMBELAKA

Un nouveau séisme de magnitude 5,9 a frappé jeudi l’île indonésienne de Lombok, selon l’Institut américain de géophysique (USGS), quatre jours après un tremblement de terre de magnitude 6,9 qui a fait au moins 319 morts, selon le ministre de la Sécurité.

La réplique s’est produite dans le nord de l’île, dans la même zone que le séisme de dimanche, mais il n’y a pas de menace de tsunami, a déclaré un porte-parole de l’agence indonésienne de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho.

Depuis le tremblement de terre de dimanche, «il y a eu 355 répliques» de différentes magnitudes, a ajouté M. Sutopo. Celle de jeudi était la plus puissante.

Des habitants évacués après le séisme de dimanche et logés dans des abris de fortune ont couru sur la rue en criant, a constaté une journaliste de l’AFP sur place.

Des motocylettes stationnées dans la rue sont tombées par terre et des murs de bâtiments proches se sont effondrés.

«Nous étions bloqués dans le trafic au moment d’apporter de l’aide (aux sinistrés) et subitement c’est comme si notre voiture avait été percutée par l’arrière, c’était fort», a raconté à l’AFP un témoin, Sri Laksmi.

«Des personnes dans la rue ont commencé à paniquer et sont sorties de leurs voitures, elles ont couru dans différentes directions au milieu de la circulation», a ajouté ce témoin.

Un bilan en hausse

319 personnes ont perdu la vie dans le séisme qui a frappé Lombok dimanche, selon le bilan révisé de l’agence de gestion des catastrophes du pays. Pas moins de 156.000 personnes ont été déplacées en raison des dégâts matériels occasionnés par les secousses dans cette île touristique faisant face à l’île populaire de Bali.

Un précédent bilan provisoire faisait état de 227 morts. Le porte-parole de l’agence, Sutopo Nugroho, a toutefois reconnu que les autorités locales et l’armée présente à Lombok communiquaient pour leur part un bilan bien plus conséquent allant jusqu’à 381 morts dans le tremblement de terre.

L’agence a précisé ne fournir que des chiffres officiels car elle doit disposer des données sur les victimes – noms, âge, genre et adresse – pour procéder aux vérifications.

En outre, le bilan des victimes pourrait encore augmenter alors que les secours continuent de déblayer les décombres à l’aide d’excavateurs.

Des zones difficiles à atteindre

Certaines personnes déplacées commencent à manquer de nourriture et beaucoup souffrent de traumatismes psychologiques consécutifs à ce deuxième séisme en une semaine. Un premier tremblement de terre le 29 juillet avait fait au moins 17 morts sur l’île volcanique.

Les autorités locales, le gouvernement central et des ONG s’organisent pour apporter de l’aide aux sinistrés, mais les équipes de secours éprouvent des difficultés à atteindre certaines zones en raison de routes endommagées par le séisme dans le nord et l’est de Lombok, territoires les plus proches de l’épicentre – loin des quartiers touristiques.