Les conditions choquantes de l’exportation de vaches en dehors de l’UE

Ph. Pexels

Le cas d’une cinquantaine de vaches transportées de France vers la Turquie pour être abattues et restées enfermées plus de dix jours dans un camion en plein soleil a choqué l’opinion publique. Et c’est loin d’être un cas isolé.

En mai dernier, 57 vaches ont quitté la France pour la République tchèque. Le 18 juillet dernier, elles ont été transférées vers la Turquie pour y être abattue. Mais comme si leur dernier voyage, long de plusieurs milliers de kilomètres, n’était pas assez long comme ça, elles sont restées bloquées pendant plus de 10 jours à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie, enfermées dans un camion en pleine canicule.

Bloquées pendant des jours à la frontière turque

À cause de certificats sanitaires expirés, les 57 vaches sont restées entassées plusieurs jours sous une température de plus de 30°, sans eau, ni nourriture. Le sort de ces bovins a suscité l’indignation de plusieurs associations de protection animale. Finalement, suite à la mobilisation, les vaches ont pu entrer en Turquie afin d’être abattues d’urgence à Ankara, relate France Télévisions.

Une réalité triste et courante

Ce phénomène n’est pas isolé. C’est même une triste réalité. Au sein des pays de l’Union européenne, des animaux sont transportés sur de très longues distances, parfois des milliers de kilomètres, même quand il faut chaud, pour être abattus en dehors de l’UE. Franceinfo indique que c’est le cas de 117.000 bovins chaque année en France.

Dans le cadre d’un grand reportage paru dans The Guardian, le journaliste Borzou Daragahi a suivi des activistes qui se mobilisent pour dénoncer les conditions de transports des animaux entre l’Union européenne et la Turquie. « Parfois, les animaux sont laissés dans les camions pendant des jours, coincés à l’intérieur de conteneurs métalliques à peine protégés du soleil tapant, pendant que les camionneurs, les bureaucrates, les importateurs et les exportateurs discutent de la paperasse et des frais. Les vaches luttent pour rapprocher leur tête de l’air frais. Les conteneurs sont remplis d’urine et de fumiers », décrit le journaliste.

In case you missed it: At the Turkish-Bulgarian border last month, Jo worked with The Guardian and Eyes on Animals to…

Posted by We Animals on Friday, August 3, 2018

Mobilisation d’ONG

Borzou Daragahi indique que la législation européenne ne permet pas que des animaux soient transportés lorsqu’il fait plus de 30°. Mais une activiste lui confie que dans la pratique cette mesure n’est pas respectée. « Tous les ans, c’est la même situation ici. Les camions arrivent quand il fait plus de 30°, même si c’est illégal. Il n’y a pas de point d’eau, pas d’ombre, pas d’infrastructure. Les camions attendent en plein soleil toute la journée », explique la jeune femme.

Plusieurs ONG se mobilisent contre ces transports illégaux. Cité par France Télévisions, Eurogroup for Animals estime qu’il est grand temps que la Commission européenne empêche les transports d’animaux sur de longues distances et lors de canicules. L’association Welfarm, quant à elle, veut que l’UE mette fin à l’exportation d’animaux vivants hors de ses frontières et que les voyages ne dépassent pas 8h pour les bovins et 4h pour les volailles.

Même son de cloche pour la Fondation 30 Millions d’Amis qui milite pour « qu’on abatte les animaux sur place et que ce soient les carcasses qui soient transportées dans des camions réfrigérés au lieu de leur imposer ces voyages de plus de mille kilomètres vers leur mort ».

Suite à votre mobilisation, les boîtes mail des autorités bulgares et de l'ambassade de France en Bulgarie ont été…

Posted by Welfarm on Tuesday, August 7, 2018