De l’urine transformée en eau potable servie dans un festival belge

1268
AFP PHOTO / DPA / CARSTEN REHDER

Afin de lutter contre la chaleur actuelle, le Dranouter Festival a fourni de l’eau à ses visiteurs. Mais il aura aussi recours à de l’urine. Beaucoup de festivaliers cherchent en effet en permanence à se rafraîchir.

De nombreuses personnes se sont ainsi massées devant le bar à eau vendredi après-midi, où cet or bleu a été mis gratuitement à leur disposition. C’est toutefois le seul endroit du site où de l’eau potable et fraîche est distribuée, ce qui n’est pas assez aux yeux de certains festivaliers.

BELGA PHOTO KURT DESPLENTER

De l’eau gratuite servie à côté des toilettes

Pourtant, ils peuvent aussi trouver de l’eau gratuitement juste à côté des toilettes. Et ce n’est pas un hasard. Des chercheurs de l’Université de Gand y récupèrent en effet de l’urine. « Ce n’est pas notre objectif principal. Nous essayons principalement d’en filtrer certains nutriments qui peuvent ensuite être utilisés plus tard dans l’agriculture », explique l’un d’eux, Giliam Agter.

C’est aussi l’occasion de montrer les propriétés de l’urine, poursuit le scientifique. « Par litre, nous en récupérons une moitié d’eau pure et surtout potable, que tout le monde peut tester. » Et le résultat semble très populaire. Les eaux usées sur le camping sont d’ailleurs également récupérées et transformées de la sorte.

Le festival a accueilli 12.000 personnes pour sa première journée et 50.000 au total tout au long du week-end. Le groupe de musique traditionnelle québécois « Le Vent du Nord », le groupe de rock alternatif français « Les Négresses vertes » ou la chanteuse belge Angèle se sont produits notamment sur la scène de l’événement, à l’affiche majoritairement belge pour cette 44e édition.