Quatre chiens de vigiles maltraités sauvés par 30 Millions d’Amis

Ph. Pixabay

Après le sauvetage de quatre Malinois enfermés sur un balcon, 30 Millions d’Amis souligne le fait que les chiens de sécurité sont nombreux à souffrir de maltraitance.

Ce mardi 24 juillet, au Blanc-Mesnil, une commune au nord-est de Paris, la police a été appelée par un riverain pour signaler la présence de quatre chiens, enfermés sur un balcon et battus pour leur maître. Les policiers se sont rapidement rendus sur place. Ils ont découvert quatre malinois, trois mâles et une femelle, utilisés comme chiens de sécurité. Les animaux étaient sur le balcon. Deux d’entre eux étaient enfermés dans des cages de transport et les deux autres étaient attachés avec des chaînes en fer autour du cour et portaient des muselières.

Des chiens maltraités et traumatisés

Le commissariat de Blanc-Mesnil a collaboré avec une équipe de sauvetage de 30 Millions d’Amis pour mettre un terme au calvaire enduré par ces quatre Malinois. La Fondation a indiqué sur son site Internet que les chiens sont maigres et qu’ils présentent des traces de blessures probablement dues au port prolongé des muselières. Ils montrent également des signes de traumatisme. « L’un des chiens n’arrête pas de tourner en rond compulsivement et s’automutile », a indiqué le responsable des enquêtes à la Fondation 30 Millions d’Amis.

Ph. 30 Millions d’Amis

La maltraitance des chiens de vigiles épinglée

Les quatre Malinois ont été sauvés. Ils ont été placés dans une pension et seront prochainement transféré dans un refuge 30 Millions d’Amis. La Fondation a également déposé plainte contre les différents propriétaires des animaux (car ils sont identifiés aux noms de plusieurs personnes) pour « acte de cruauté ».

Ce cas de maltraitance envers des chiens de sécurité est loin d’être un cas isolé. 30 Millions d’Amis indique en avoir déjà recueilli une trentaine depuis le début de l’année. Les chiens de sécurité sont parfois perçus par leur maître uniquement comme un outil de travail. Le reste du temps, ils sont enfermés dans des cages de transport ou dans des coffres de voiture.