Tour de France – Le maillot jaune Geraint Thomas vit le Tour « au jour le jour »

93
Tour de France - Le maillot jaune Geraint Thomas vit le Tour

Le Britannique Geraint Thomas a conservé son maillot jaune à l’issue de la 14e étape du Tour de France, samedi. Au terme de la montée finale, la Côte de la Croix Neuve Thomas a franchi la ligne avec ses deux plus proches poursuivants au général, son équipier Chris Froome et le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb). « La montée était difficile, je ne savais pas à quoi m’attendre de la part de mes rivaux », a confié Thomas. « Ca a été compliqué mais on est très satisfait de notre résultat là haut. »
Ancien champion olympique sur piste, Thomas vit sereinement d’être le leader de la « Grande Boucle ». « C’est beaucoup moins stressant, parce que je ne me mets pas de pression. Je vis le Tour au jour le jour. Ma seule préoccupation concerne le lendemain. Si je me souviens de la finale de la poursuite par équipes à Londres aux JO-2012, c’était un travail de quatre années. On pouvait gagner ou perdre sur quelques dizièmes de secondes. Ici, c’est différent. Si quelque chose se passe mal pour moi, on a toujours Chris Froome qui est deuxième au général. »
« Tom Dumoulin est impressionnant, il roule à son allure », a reconnu Thomas. « Il est champion du monde de contre-la-montre, il sait gérer son effort, sur quarante minutes dans la montée de l’Alpe d’Huez. On ne sait pas s’il souffre ou pas. Je serai content de gagner le Tour mais l’équipe sera contente si quelqu’un de l’équipe remporte le Tour. Nous prenons les jours comme ils viennent. Il y a encore une étape demain, et ensuite on fera un point pour les étapes des Pyrénées. Si, Chris et moi, on courait l’un contre l’autre, on aurait l’air stupide. C’est une première pour moi d’être en jaune sur le Tour de France. Je suis dans l’inconnu quant à savoir si je suis capable de tenir le coup en troisième semaine mais l’inconnu vaut aussi pour Chris et Dumoulin qui ont fait le Giro cette année. »
Froome était satisfait au terme de la journée. « Le final était très dur, seulement 3 kilomètres, mais explosif. On voit que ça peut faire des écarts quand c’est aussi dur. Geraint (Thomas) et moi, on est plutôt content. Dumoulin est la plus grande menace. Etre aux deux premières places rend la course très difficle pour nos adversaires, ils ont deux coureurs à surveiller. »

Source: Belga