Test : The Crew 2 – Pied au plancher à travers les States

402

Lors de sa sortie fin 2014, The Crew nous avait moyennement convaincus, mais il faut reconnaître que le jeu d’Ubisoft s’était grandement bonifié au fil des mises à jour. Trois ans et demi plus tard, The Crew 2 réussit-il un meilleur départ ?

En matière de jeux de course, si 2017 était l’année des simulations, 2018 prend une toute autre direction avec des jeux nettement plus orientés vers l’arcade. Après Burnout Remastered, Gravel et Onrush, et avant Forza Horizon 4 prévu à la rentrée, The Crew 2 mise sur le fun plutôt que sur le réalisme. Ce deuxième volet, toujours développé par Ivory Tower, reprend les bases du premier tout en apportant de nombreuses nouveautés.

Direction le pays de l’Oncle Sam, reproduit dans un gigantesque monde ouvert, pas vraiment à l’échelle. Cela vous prendra un peu de temps, mais il est possible, sans aucun temps de chargement, de relier Los Angeles à New York. Le pied enfoncé sur l’accélérateur, comptez 45 minutes en voiture et 25 minutes en avion.

14 disciplines

Comme souvent dans ce type de jeu, le scénario passe au second plan et n’est qu’un prétexte pour piloter une multitude de bolides dans des paysages variés. À ce niveau, The Crew 2 est une réussite. La variété des épreuves et des véhicules est au rendez-vous, non seulement sur terre, mais aussi sur l’eau et dans les airs. En effet, cette suite intègre des avions et des bateaux, taillés pour la voltige et pour la course. Au total, le jeu propose quatre catégories (Street Racing, Off-Road, Freestyle et Pro Racing) et pas moins de 14 disciplines dont le drift, le motocross, le monster truck et même la F1.

Tous les véhicules se distinguent par une conduite accessible et 100% arcade. Il est ainsi possible de détruire le décor, de foncer grâce au nitro et d’enchaîner les sauts et les acrobaties. Malgré ce style spectaculaire, on regrette néanmoins de pouvoir voir sa course ruinée en restant bloqué par une bordure de 30 cm. Il faut également souligner que toutes les disciplines ne se valent pas. Le motocross et l’Hyper Boat ont ainsi vraiment eu du mal à nous convaincre.

The Crew 2 se présente comme un immense monde ouvert dans lequel le joueur est libre d’aller où il veut, avec le véhicule qu’il veut. La carte est remplie d’épreuves et de défis comme passer le plus rapidement possible devant un radar ou réussir à prendre en photo un animal sauvage ou un élément du décor. Néanmoins, l’open world nous a semblé sous-exploité. En effet, on peut se rendre à chaque épreuve directement et à tout moment via le menu «Activités», sans devoir se rendre jusque-là.

Quelques regrets

Entre deux matchs de la Coupe du Monde, The Crew 2 nous a fait passer des bons moments, fun et sans prise de tête. La sensation de vitesse et les graphismes sont réussis. La modélisation des véhicules a fait l’objet d’un soin particulier et à ce niveau The Crew 2 est éblouissant, du moins sur la version Xbox One X que nous avons testée. Néanmoins, plusieurs éléments viennent ternir le tableau. On soulignera par exemple l’absence de dégâts, la nécessité d’être connecté à Internet pour y jouer (même en solo) ainsi que certaines disciplines qui semblent vraiment avoir été bâclées.

Fun, joli et varié, The Crew 2 est une suite intéressante qui réserve plusieurs dizaines d’heures de jeu à celles et ceux qui acceptent de laisser le réalisme de côté au profit de l’accessibilité et des sensations fortes. Dommage que quelques défauts et disciplines moins réussies viennent gâcher la fête. Finalement comme pour The Crew, c’est peut-être sur la durée que The Crew 2 s’améliorera et révélera tout son potentiel. En attendant, The Crew 2 est juste un bon jeu pour les vacances.

REVIEW OVERVIEW
The Crew 2