‘Lutter contre le changement climatique, c’est aussi lutter pour la paix’

554
Wilfried Remans

Wilfried Remans (Head of CSR & Public Affairs chez BNP Paribas Fortis) est persuadé qu’une banque peut contribuer au maintien de la paix dans le monde, notamment en luttant contre les effets néfastes du changement climatique.

BNP Paribas dispose d’un ‘Fonds Urgence & Développement’ créé en 2012 pour venir en aide aux pays victimes d’une catastrophe naturelle. « Lors d’une crise humanitaire, la reconstruction du pays concerné est indispensable – et très difficile », commente Wilfried Remans. « Nous estimons donc qu’il est de notre devoir de soutenir activement des organisations comme Médecins Sans Frontières ou la Croix-Rouge en essayant de récolter, via ce fonds, un maximum d’argent (plus de 3 millions d’euros entre 2012 et 2016, ndlr). » Afin d’encourager ses collaborateurs, partout dans le monde, à faire preuve de solidarité, le Groupe BNP Paribas double d’ailleurs chaque euro investi par ceux-ci.

« Les effets de plus en plus graves du changement climatique ont un impact sur l’approvisionnement alimentaire, l’agriculture et l’élevage », poursuit Wilfried Remans. « Et donc sur les groupes de population les plus vulnérables, avec des tensions croissantes, des flux de réfugiés et des conflits qui en découlent. La lutte de la banque contre le réchauffement climatique, via des investissements ciblés (déjà plus de 10 milliards d’euros en énergies renouvelables), des produits d’investissement socialement pertinents et des équipes spécialisées dans le conseil en matière d’énergie durable, c’est donc aussi une lutte en faveur de la paix. »

Lisez aussi cet article pour la suite du point de vue de Wilfried Remans.