Real Women Project : Montrer le vrai corps des femmes

1697
Ph. Ophélie Longuépée

Du 14 juin au 30 septembre, le salon de beauté Idyl Beauty accueillera l’exposition Real Women. Le but : montrer le corps des femmes dans toute sa beauté et sa diversité, avec ses formes et ses imperfections. A l’initiative de ce projet, trois Bruxelloises voulant pointer du doigt l’absurde inadéquation entre les corps montrés dans les magazines et la réalité.

Le concept est simple, mais puissant. Cinq femmes, une photographe, un shooting, pour changer les mentalités, et montrer aux femmes et aux hommes la réalité des corps féminins. Des entrepreneuses de la capitale belge ont accepté de poser sous l’objectif bienveillant d’Ophélie Longuepée, photographe professionnelle. Elle a voulu représenter ces femmes au naturel, sans retouche ni maquillage. Des corps de femmes, en sous-vêtement, et c’est tout. Mais c’est déjà beaucoup.

Ph. Ophélie Longuépée

Ophélie est une ancienne photographe de mode qui s’est écartée de ce milieu qui ne lui ressemblait plus. C’est pourquoi elle a tout de suite été séduite par ce projet, proposé par Sybille Wallemacq, puisqu’à la différence de ce qu’elle a connu dans le monde de la mode, il vise à mettre en valeur le corps de vraies femmes. «On est toutes conditionnées par ce qu’on nous rabâche dans le monde de la mode. Avec ce projet, j’ai voulu aider ces femmes à passer cette étape, à accepter que leur corps ne ressemble pas à celui des magazines mais qu’elles les aiment quand même», explique Ophélie.

Ph. Ophélie Longuépée

Des corps qui ont porté la vie

Pendant le shooting, Ophélie a essayé de se focaliser sur ce que les femmes considèrent comme des défauts (cellulite, vergetures, bosses) afin de les rendre beaux. «J’avais envie de les aider à s’accepter à 100%, j’ai essayé de leur montrer que je n’étais pas dans le jugement, d’avoir un œil bienveillant», poursuit la photographe. Leurs corps sont variés, sont différents, mais ils sont beaux dans leur diversité.

Aujourd’hui, la femme comme l’homme sont constamment bombardés d’images de corps lisses, fins, sans aucun défaut, sur les réseaux sociaux comme dans les magazines. Le message que veulent faire passer les femmes à l’initiative de ce projet est que chaque corps a ses marques, a son passé, et ces traces sont parties intégrantes de l’histoire de ces femmes. «Une femme peut faire un 38 et avoir des plis, des bosses mais avoir un beau corps, un corps qui a porté la vie !», raconte Ophélie. La plupart des participantes à ce projet sont en effet mères. C’était un travail pour ces femmes de se mettre à nu devant un objectif, de montrer son corps et surtout de le voir sous différents angles, parfois rarement explorés.

C’est ce qu’explique Ophélie : «C’était un vrai travail d’acceptation. Ça n’a pas été facile quand elles ont vu les premières photos. Après coup on a beaucoup discuté, et je pense que ça leur a permis de prendre conscience qu’elles étaient belles, avec leurs différences». Sur ces photographies, on ne voit pas le visage de ces femmes. C’était leur choix, afin que chacun puisse s’identifier, afin de ne pas personnifier ces corps.

Ph. Ophélie Longuépée

«Ce n’est que le début»

Ce shooting était le premier, mais ce ne sera pas le dernier. «Ce n’est que le début, on aimerait bien aller plus loin et recommencer cette aventure, avec d’autres femmes», confie Ophélie. Avec les deux autres co-fondatrices de Real Woman Project, elles souhaitent aussi développer des partenariats avec des marques de lingerie ou de maillots de bain, afin de faire changer l’image mensongère du corps de la femme dans les publicités. «Ça commence à changer un petit peu. Certaines marques prennent le pari de montrer des vraies femmes comme la marque Lonely Lingerie» se réjouit Ophélie. Mais elle note que si certaines marques prennent des femmes rondes, «curvy» en égérie, elles ont toujours des corps trop lisses, avec aucun défaut de peau.

L’industrie de la mode a donc encore un long chemin à parcourir avant de représenter la réalité, et ainsi d’inciter les femmes à s’accepter telles qu’elles sont. A leur échelle, Ophélie Longuepée, Sybille Wallemacq et Marie Brabant font bouger les mentalités.

Real Women Expo, du 14 juin au 30 septembre, Rue Tasson-Snel 37, 1060 Bruxelles