Metro a testé Nintendo Labo, le futur carton du jeu vidéo ?

524
Ph. T. Wallemacq

En janvier dernier, Nintendo avait surpris tout le monde en dévoilant Labo: une gamme de jouets en carton à monter soi-même et qui, une fois construits, peuvent interagir avec la Nintendo Switch et ses Joy-Con. Quelques mois plus tard, nous sommes retournés en enfance en testant les deux premiers kits commercialisés.

Pour le lancement, Nintendo commercialise deux kits Nintendo Labo: le Multi-Kit qui contient cinq jouets à monter (appelés Toy-Con) et le Kit Robot qui transforme le joueur en robot géant. Les boîtes sont étonnamment compactes, surtout lorsqu’on voit la place que prennent tous les jouets une fois assemblés. Chaque kit se compose d’une vingtaine de planches en carton constituées de dizaines de formes prédécoupées. Pour ne pas s’emmêler les pinceaux, les planches sont reconnaissables par des symboles et des lettres de l’alphabet.

edf

Bien plus que du carton

Tout n’est pas en carton. Les kits contiennent également quelques accessoires (autocollants réfléchissants, élastiques, coussinets adhésifs, ficelles, œillets…) qui seront utiles lors de la construction. Enfin, chaque boîte contient un logiciel Switch qui sert de mode d’emploi mais aussi d’interface pour donner vie aux jouets en carton. En effet, ne soyez pas surpris de ne trouver aucun livret d’explication pour l’assemblage. Toutes les constructions se font étape par étape en suivant le logiciel. À ce niveau, Nintendo réalise un véritable coup de maître avec des explications en 3D extrêmement bien réalisées durant lesquelles il est possible de zoomer, de se déplacer, de revenir en arrière ou d’accélérer.

L’âge recommandé pour jouer à Nintendo Labo est de six ans, néanmoins on conseillera aux adultes d’aider les plus jeunes dans la construction. Certaines pièces en carton doivent être détachées, pliées et montées avec minutie. Certaines étapes peuvent également demander de l’aide, notamment lorsqu’il s’agit de faire des nœuds ou de fixer des élastiques.

 

L’innovation au rendez-vous

Le Multi-Kit contient cinq Toy-Con. La voiture téléguidée est la plus simple et la plus rapide à monter (10 min). C’est peut-être aussi l’objet le plus étonnant de cette collection. En effet, une fois les deux petites manettes de la Switch fixées à cette étrange bestiole en carton, il est possible de la déplacer avec l’écran tactile de la console. Ce sont en réalité les vibrations HD des Joy-Con qui font avancer le robot. Simple, étonnant et efficace. Si ces jouets sont en apparence très basiques, ils utilisent en réalité toutes les technologies de la Switch, même les plus insoupçonnées. En utilisant la voiture téléguidée, on peut ainsi découvrir et utiliser la microcaméra infrarouge qui se situe dans l’une des manettes et qui permet au joueur de voir dans le noir à travers les yeux de ce robot.

Les autres Toy-Con sont nettement plus longs à monter. Comptez entre minimum 1h30 pour la canne à pêche et jusqu’à 3h30 pour le piano. Et inutile de vous prendre pour un super-papa ou un expert en bricolage qui va monter cela entre deux temps trois mouvements. Chaque Toy-Con nécessite réellement plusieurs heures pour être monté. Au final, c’est d’ailleurs dans la construction que réside beaucoup de l’intérêt de Nintendo Labo, pour les adultes en tout cas. C’est impressionnant de voir comment on peut transformer, après des dizaines d’étapes, de simples planches en carton en jouet interactif.

Le verdict des enfants

Une fois les Toy-Con assemblés, il faut y glisser un ou deux Joy-Con ainsi que l’écran de la Switch. Le carton se transforme ainsi en étonnant jeu interactif. Nous avons fait essayer ces jouets à Lucas (10 ans) et Émilie (5 ans). La moto a été plébiscitée par le garçon. Il suffit de tourner le guidon en carton pour que le véhicule réagisse au doigt et à l’œil sur l’écran de la Switch. Plus surprenant, pour faire avancer son véhicule, il faut maintenir la poignée de gaz vers le bas et la relâcher pour ralentir.

La canne à pêche a tapé dans l’œil de la petite fille de six ans. Il faut dire que même si le contenu est limité, son mode de fonctionnement est stupéfiant. Posé verticalement, l’écran se transforme en fonds marin. Le fil relié à la canne à pêche en carton est bien réel et se retrouve affiché dans la continuité dans l’écran dans l’océan numérique. Chaque mouvement avec l’objet est reproduit à l’écran. En actionnant le moulinet, la ligne descend ou remonte. Les enfants peuvent ainsi participer à une étonnante session de pêche numérique. Le piano est également une petite prouesse technologique. Chacune des 13 touches, patiemment construite en carton, est utilisable comme un vrai piano et Nintendo Labo peut se transformer en studio d’enregistrement. Enfin, sorte de Tamagotchi, la maison est sans doute l’objet le plus limité en termes de contenu et est vraiment destinée aux plus jeunes.

Le Kit Robot plus décevant

Si le Multi-Kit a séduit et bluffé tous les petits et les grands à qui nous l’avons fait essayer, les avis sont un peu plus mitigés pour le Kit-Robot, un peu moins intéressant et plus limité. La construction est la plus longue et la plus fastidieuse (comptez plus de 4h!). Il s’agit d’une visière et d’un sac à dos qui transforment le joueur en véritable robot. En actionnant deux poignées à te tenir dans les mains et deux étriers à fixer à ses pieds, le robot reproduit en temps réel les gestes du joueur sur l’écran de la télé. Le concept est marrant mais limité niveau contenu et pas vraiment adapté aux adultes. Si vous mesurez 1m80, la transformation en robot n’est clairement pas faite pour vous, par contre elle fera bien le bonheur des plus jeunes joueurs.

Si vous avez la vingtaine ou la trentaine, la phase de construction est la plus étonnante et la plus amusante. Une fois que les objets sont montés, leur contenu «Jeu» reste quand même très limité pour des adultes. Dans cette seconde phase, ce sont surtout les plus jeunes joueurs qui s’amuseront. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que Nintendo Labo est avant tout destiné aux enfants. Enfin, au-delà de l’aspect «Construction» et «Jeu», Nintendo Labo intègre également la fonctionnalité «Découverte». Les joueurs sont invités à découvrir le fonctionnement et les possibilités de Labo pour ensuite transformer des Toy-Con existants et même d’en créer des nouveaux.

Est-ce résistant ?

Une fois montés, les objets sont étonnamment résistants. Il faut dire que le carton utilisé a spécialement été testé et choisi pour ne pas se casser dès la première utilisation. Le moulinet de la canne à pêche a parfaitement survécu aux brusques tentatives d’une petite de cinq ans de remonter un espadon du fond de l’océan. Le guidon de la moto a résisté aux essais de Lucas de battre des records de circuit en 600 cm³. Par contre, contrairement à d’autres jeux de construction, il faut savoir qu’une fois montés, les Toy-Con ne sont pas faits pour être démontés.

Nintendo Labo est un concept vraiment étonnant. En utilisant toutes les fonctionnalités de la Switch, les ingénieurs de Nintendo ont réussi à donner vie à des planches en cartons. Les heures de montage occuperont, voire amuseront, les adultes et le résultat final enchantera surtout les enfants. Bien plus qu’une innovation en carton, Nintendo propose un jeu familial et une nouvelle manière de jouer.

Multi-Kit (70 €) : 4/5

Kit Robot (75 €) : 3/5

Comment ça marche ?

Nintendo Labo est bien plus qu’un simple jouet en carton. Les trois technologies les plus exploitées par le concept viennent des manettes. Ce sont les deux gyroscopes, la caméra infrarouge à détecteur de mouvements et la fonction de vibrations HD.

Pour le moment, aucun jeu n’exploitait la caméra infrarouge à détection de mouvements. La plupart des joueurs ignoraient même son existence. De l’aveu même des créateurs des manettes Joy-Con, ils ignoraient comment cette caméra serait utilisée. Nintendo Labo l’exploite de plusieurs manières. C’est là qu’interviennent des petits accessoires a priori anecdotiques mais qui se révèlent indispensables: les petits autocollants réfléchissants. Lors de la construction, ils doivent être collés sur certaines pièces, comme les touches du piano. Le Joy-Con droit émet un rayon infrarouge invisible qui est reflété par ces marqueurs. Cela permet à la caméra de lire leur mouvement et de dire à la Switch ce qu’elle doit faire, sans avoir besoin de composants électroniques additionnels.

Pour donner vie au carton, les ingénieurs de Nintendo ont également exploité le fait que les deux manettes séparées de la Switch fonctionnent de pair en tant qu’unité. Par exemple, en plaçant le Joy-Con droit dans la poignée de la canne à pêche et le Joy-Con gauche dans le moulinet, cela permet à la Switch d’utiliser la position de la poignée pour mesurer la rotation du moulinet. Vous l’aurez compris, Nintendo Labo est en réalité un concentré de technologies.

REVIEW OVERVIEW
Nintendo Labo
SOURCEThomas Wallemacq