Les organisations internationales se mobilisent contre un retour d’Ebola

117
AFP

L’épidémie d’Ebola apparue en début de mois en République démocratique du Congo, inquiète. Plusieurs organisations ont annoncé leur intention de déployer des moyens considérables.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé jeudi la découverte d’un premier cas d’Ebola en zone urbaine en RDC, alors que les cas avaient été recensés jusqu’à présent dans une seule zone rurale. L’OMS a comptabilisé au total 44 cas (3 cas confirmés, 20 probables et 21 suspects).

L’Unicef, le Fonds des Nations unies pour l’enfance, va mobiliser «des centaines de travailleurs» humanitaires pour sensibiliser les familles, dont les enfants, aux moyens d’éviter la propagation du virus Ebola, dans le nord de la RDC. Une campagne de vaccination doit débuter la semaine prochaine, une information qui est aussi communiquée à la population locale via les agents de l’Unicef. 4.300 doses d’un vaccin expérimental sont déjà arrivées à Kinshasa.

 

Un responsable provincial de la société de transport fluvial public a indiqué à l’AFP qu’ «au port fluvial de Mbandaka, nous avons reçu instruction des autorités pour fermer toutes les issues sauf une seule». Et ce «afin de contraindre tout le monde à passer au contrôle». Ces postes de contrôle dans les ports comprennent des thermomètres laser, des bassines d’eau et du savon liquide.

Selon l’Unicef, une information correcte de la population est la clé du succès dans la lutte contre l’épidémie. «L’expérience, lors de précédentes épidémies, a montré que quand nous impliquons les communautés dans les efforts de prévention, nous avons les meilleures chances de contenir la maladie», précise le docteur Gianfranco Rotigliano, représentant de l’Unicef en RDC.