Les réseaux sociaux, premiers alliés du Zéro déchet

408
AFP / Christophe Archambault

Les personnes qui ont fait le choix d’essayer de diminuer leur masse de déchets ménagers s’inscrivent dans une dynamique qui a acquis l’allure d’un véritable mouvement. Ces consommateurs font bien souvent partie d’une sorte de communauté dont un des socles est internet, avec ses réseaux sociaux et ses blogs. L’inspiration, les trucs et astuces, ainsi que les encouragements, s’y partagent naturellement.

« Une nouvelle communauté est en train de se créer. Nous entrons dans l’ère du mouvement ‘zéro déchet’. Au travers de personnes qui nous inspirent, des valeurs qui nous animent, on peut trouver la force de faire sa part. C’est un processus qui se fait petit à petit, mais soyez sûr que lorsque vous aurez fait un pas, puis un autre, et encore un autre, les suivants se feront tout naturellement. »

Ces mots proviennent du livre « Le zéro déchet sans complexes » écrit par Sylvie Droulans, un des fers de lance du mouvement. Cette dernière anime le blog belge le plus lu concernant ce sujet: « Zéro Carabistouille ». À la lumière de ces quelques lignes, il paraît évident que tout est rassemblé pour que ce mouvement trouve dans les réseaux sociaux son meilleur allié: communauté, mouvement, personnes qui nous inspirent…

Le partage comme ADN

Si Facebook, Youtube et Instagram sont tellement utilisés pour le zéro déchet, c’est que cette philosophie de consommation -qui se transforme vite en philosophie de vie- se transmet et se partage.

C’est une façon de vivre qui demande beaucoup d’organisation. Il y a donc des manières de faire, des trucs et astuces à inventer et à adopter. Le Belge David Samin, pompier habitant à Wavre, à décidé de partager ses connaissances via Youtube.

« Quand j’ai commencé le zéro déchet, j’avais déjà à mon actif une chaîne Youtube humoristique. Alors, je me suis dit que j’allais en faire une autre sur ce sujet précis, en tant que personne lamda qui va évoluer vers le zéro déchet. Youtube devait être simplement le témoin de ma transformation. Et puis, je me suis dit que si cela pouvait influencer d’autres gens à entamer cette démarche, cette philosophie même, tant mieux évidemment! ».

Peu d’influenceurs belges

En Belgique francophone, les réseaux sociaux semblent sous-utilisés. Pourtant, en France, aux États-Unis ou au Canada, d’innombrables adeptes du zéro déchets les utilisent de manière optimale pour partager leurs connaissances.

« J’ai créé mon blog car je trouvais qu’il n’y avait presque rien en Belgique et je devais aller chercher l’inspiration sur des blogs canadiens ou français », explique Sylvie Droulans.

« Je trouvais que cela manquait, car pour le zéro déchets, nous avons besoins d’informations concrètes et locales comme par exemple des adresses pour acheter ses denrées en vrac ». Par ailleurs, beaucoup de groupes Facebook sont créés, explique la jeune femme, et il y a également de nombreux blogs « lifestyle » plus généraux dont une des rubriques porte sur le zéro déchet.

Du virtuel à la rencontre physique

Le bonus de cette démarche Zéro déchet, c’est qu’elle crée du lien, via une communauté virtuelle, mais aussi dans la « vraie » vie, comme l’explique le youtubeur David Samin: « Très vite, j’ai participé à des ateliers. Puis j’en ai organisé. C’est un domaine qui se prête bien à ce type de rencontres. »

Effectivement, la démarche zéro déchets va de pair avec d’innombrables ateliers « Do It Yourself » pour faire soi-même ses produits ménagers ou cosmétiques, par exemple. Et bien sûr, le potager et le compost, qui constituent d’autres fondements du zéro déchets, poussent également à la rencontre et à la coopération.

« Il y a de plus en plus de composts communautaires ainsi que de potagers partagés. C’est toute une nouvelle vie collective qui s’organise autour de cet axe du zéro déchet et c’est un véritable bienfait pour la vie en société », conclut-il.

Portrait: Sylvie Droulans

Travaille dans la communication et anime le blog « Zéro Carabistouille ». Elle organise des ateliers zéro déchets et donne régulièrement des conférences à ce sujet. Sylvie et sa petite famille se sont lancées dans le zéro déchets en 2015 et peuvent se vanter, aujourd’hui, de ne jeter qu’une poubelle ménagère par an! En 2017, Sylvie publie un livre: « Le zéro déchet sans complexes! », aux éditions Racine (192 pages, 19,95 €).

Portrait: David Samin

David Samin est pompier à Bruxelles et habite à Wavre. Il a créé une chaîne Youtube: « Rien ne se perd ou presque » où il a déjà partagé 112 vidéos inspirantes sur le zéro déchet. Près de 5.000 personnes suivent ses courtes vidéos rigolotes où il distille ses conseils et tutos pour ne pas gaspiller et pour éviter les emballages alimentaires. Chaque mois, lui et sa famille ne produisent que l’équivalent d’un bocal de déchets.

Lucie Hage