La barrière de la langue, principale source d’anxiété des voyageurs

493
Ph. istock.com/anyakerbut

La barrière de la langue et la peur de tomber sur des hébergements douteux sont cités comme les principaux freins au voyage dans le cadre d’un sondage mondial visant à évaluer le côté aventurier des voyageurs d’aujourd’hui. 

Un sondage mené par Booking.com auprès de 20.500 voyageurs internationaux révèle les peurs et les anxiétés de ces derniers, celles qui les empêchent d’explorer l’inconnu et les cantonnent aux mêmes complexes touristiques all-inclusive bien familiers.

Parmi les personnes interrogées, 63% admettent ne pas se sentir l’âme d’un aventurier, tandis que 44% expriment le désir de repousser leurs limites et d’essayer quelque chose de nouveau. Booking.com appelle ces derniers les « voyageurs sans limite ».

La peur de se perdre

Selon 28% des sondés, c’est la question de la langue qui les empêchent de devenir le globe-trotter rêvé. Chez 20%, c’est plus précisément la peur de se perdre dans un pays étranger dont ils ne parlent pas la langue. Ne pas trouver le bon hébergement est une crainte qui taraude 34% des sondés.

Un quart des voyageurs interrogés expriment de l’anxiété à l’idée de se trouver dans un cadre peu familier.

Enfin, les expériences de bénévolat et de volontariat font rêver ces voyageurs effarouchés, tout comme les aventures gourmets et les séjours sabbatiques.