Cate Blanchett : Présidente engagée du Jury à Cannes

69
Ph - Belga Images

Pour cette 71ème édition du festival de Cannes, qui s’ouvre officiellement aujourd’hui, c’est l’actrice aux mille visages Cate Blanchett qui préside le jury. Féministe engagée notamment dans la lutte contre le harcèlement sexuel, le symbole est fort en cette première édition post-affaire Weinstein.

Dans une interview donnée au magazine Variety cette semaine, l’actrice doublement oscarisée se définit elle-même comme «activiste», «engagée», et «absolument féministe». Elle est lucide quant aux problèmes liés à l’industrie du cinéma. Elle relève par exemple que lors de l’édition précédente, une seule femme figurait sur une photographie d’anciens lauréats de la Palme d’Or. Il s’agissait de la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion.

En janvier, Cate Blanchett a fait partie, avec Natalie Portman ou Meryl Streep, du collectif de célébrités à Hollywood qui a lancé la fondation « Time’s Up » pour aider les victimes de harcèlement sexuel. Un combat né des nombreuses accusations d’agressions et de viols contre le producteur américain Harvey Weinstein.

Une énorme responsabilité

L’actrice est la douzième femme à se voir confier la présidence du jury cannois, quatre ans après Jane Campion. Elle voit ce rôle comme une « énorme responsabilité« , mais assure aussi aimer prendre des risques dans son métier.

A l’écran ou sur les planches, cette blonde diaphane est capable de tout jouer en se métamorphosant d’un rôle à l’autre. Elle a été tour à tour la reine Elisabeth I (« Elizabeth » et « Elizabeth: l’âge d’or »), Bob Dylan (« I’m not there »), Katharine Hepburn (« Aviator »), ou encore la reine des Elfes, Galadriel, dans « Le Seigneur des anneaux » de Peter Jackson.

Née et élevée à Melbourne, dans le sud-est de l’Australie, Cate Blanchett a 10 ans à la mort de son père, un chef d’entreprise américain qui succombe à une crise cardiaque. Les Blanchett, confiera-t-elle, mangent alors de la vache enragée.

Exigeante et polymorphe

Le salut passera par le théâtre. Diplômée de l’Institut national d’art dramatique en 1992, elle obtient rapidement des succès publics et critiques au sein de la Sydney Theatre Company, avant de se lancer dans le cinéma.

En 1999, elle obtient un Golden Globe et un Bafta britannique pour le film historique « Elizabeth » de Shekhar Kapur, son premier grand rôle d’envergure internationale.

Devenue célèbre, elle joue ensuite dans la trilogie à succès du « Seigneur des anneaux », son plus gros succès au box-office, avant de remporter en 2005 l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour « Aviator » de Martin Scorsese.

Elle se fait plus rare au cinéma à la fin des années 2000 pour se consacrer au théâtre avec son mari et père de ses quatre enfants, Andrew Upton. Elle devient de 2009 à 2013 la directrice artistique de la Sydney Theatre Company.

Un « mauvais pressentiment » avec Weinstein

Son rôle de bourgeoise déchue glissant vers la folie dans « Blue Jasmine » de Woody Allen marque son grand retour dans les salles obscures, et lui vaut l’Oscar de la meilleure actrice en 2014.

« A l’époque où j’ai travaillé avec Woody Allen, je ne savais rien de ce qu’il se passait« , confie l’actrice à Variety au sujet des accusations d’abus sexuel de la fille adoptive du réalisateur Dylan Farrow qui ont refait surface.

Cate Blanchett affirme, elle aussi, avoir été « importunée » par des hommes, et notamment Harvey Weinstein. Interrogée par Variety pour savoir si le producteur américain s’est comporté de manière inappropriée avec elle, elle répond « oui ». « J’ai eu un mauvais pressentiment avec lui…« .

Cate Blanchett sera à l’affiche cette année de « Ocean’s Eight » de Gary Ross et de « Where’d you go Bernadette » de Richard Linklater.

SOURCEAFP Relaxnews
SHARE