Tension (électrique) en mer du Nord

341

La mer du Nord est actuellement le théâtre de travaux tout à fait novateurs en Belgique : y est en effet réalisée la première connexion électrique entre le Royaume-Uni et la Belgique. Début 2019, le projet Nemo Link sera totalement opérationnel. Sa particularité ? Pour le gestionnaire du réseau à haute tension Elia, ce premier câble électrique sous-marin est également le premier projet en courant continu à haute tension.

Gestionnaire de projet chez Elia, Mathieu Donche effectue le suivi de l’impressionnant projet Nemo Link. « Nous réalisons une connexion électrique entre la Belgique et le Royaume-Uni. Dans ce cadre, je surveille la qualité du travail fourni, le calendrier, les finances et la sécurité sur le chantier. Les deux pays étant séparés par la mer du Nord, le projet Nemo Link représente un défi majeur. Dans chaque pays, les câbles électriques sous-marins et souterrains sont reliés à une station de conversion et une station à haute tension, afin que l’électricité puisse circuler dans les deux sens. Nous écrivons l’histoire car pour Elia, c’est la première fois qu’aura lieu un tel échange électrique entre deux pays séparés par la mer. »

Ce projet ambitieux est le fruit d’une collaboration entre Elia et le fournisseur d’énergie britannique National Grid, qui n’est toutefois pas le seul partenaire international. « À mes yeux, l’aspect le plus fascinant de ce projet est que je travaille à la fois pour un employeur britannique et belge, je collabore avec la station de conversion à Bruges, la société allemande Siemens et les câbles proviennent de l’entreprise japonaise J-Power Systems. Chaque nationalité a sa propre manière d’aborder un projet et la recherche du juste équilibre est une expérience très enrichissante. »

Un méga-adaptateur

Mathieu se prépare pour la Journée Chantiers Ouverts. « Comme les gens apprécient de savoir ce qui se cache derrière les frais de transport figurant sur leur facture énergétique, tous les intéressés sont les bienvenus à Bruges le 6 mai. Nous leur expliquerons comment la station de conversion – qui représente en réalité un méga-adaptateur – est capable de transformer 1000 mégawatts de courant alternatif en courant continu. Le public pourra également admirer les énormes murs coupe-feu entre les transformateurs. Ces murs de 18 mètres de haut et 50 mètres de long ont été édifiés selon la technique du coffrage glissant. Par le biais d’une plate-forme, nous les construisons à raison de 10 centimètres de béton toutes les heures. Le travail a donc été effectué en seulement huit jours ! »
Si vous désirez visiter la station de conversion du projet Nemo, rendez-vous le dimanche 6 mai de 10h00 à 17h00 lors de la Journée Chantiers Ouverts d’Elia à Bruges.

Pour de plus amples informations : www.journeechantiersouverts.be.