Une banque doit-elle exclure certains secteurs?

115
BNP Paribas Fortis

En tant que première banque du pays, BNP Paribas Fortis est responsable des effets directs et indirects des secteurs qu’elle finance. La banque a mis en place des politiques sectorielles  afin d’influencer certaines industries sensibles ou d’éviter certains investissements aux conséquences négatives.

BNP Paribas Fortis souhaite influencer certains secteurs sensibles et les amener à changer leurs pratiques. « C’est le rôle d’une grande banque », estime Wilfried Remans, responsable CSR & Public Affairs. « Nous préférons dialoguer avec un client aux pratiques problématiques et l’accompagner dans sa transition, plutôt que de claquer la porte. Mais le dialogue n’est pas toujours possible: si une pratique que nous jugeons inacceptable persiste, nous n’hésitons pas à clôturer une relation. »

BNP Paribas a ainsi exclu plus de 500 entreprises dans le monde et en a placé 114 autres sous surveillance. Les secteurs pour lesquels la première banque du pays applique une politique sectorielle sont les suivants: la défense, l’énergie nucléaire, l’huile de palme, la pâte à papier, les centrales à charbon, l’industrie minière, les sables bitumineux, l’agriculture, le pétrole et le gaz. La banque exclut en outre certains biens et activités.

Le pétrole et les gaz non conventionnels

Afin de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique, le Groupe BNP Paribas s’est engagé en 2015 à ne plus financer de projets d’exploitation de pétrole et de gaz non conventionnels aux impacts environnementaux et sociaux négatifs. Cette politique est valable pour l’ensemble de la planète, et inclut l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste, les sables bitumineux et le pétrole et le gaz de l’Arctique.

Les centrales à charbon

Le Groupe BNP Paribas a décidé en 2017 de ne plus financer de nouveaux projets de centrales à charbon dans le monde, et de n’accompagner que les entreprises productrices d’électricité qui participent à la transition énergétique de leur pays. En outre, la banque considère qu’une société produisant au moins une partie de son énergie à partir du charbon doit respecter des exigences strictes en matière de santé, de sécurité et d’environnement.

L’huile de palme

L’exploitation des plantations d’huile de palme peut entraîner des effets dommageables sur les communautés locales, le climat et les écosystèmes. BNP Paribas Fortis veut encourager la production durable en veillant au respect de certains critères tels que le ‘Roundtable on Sustainable Palm Oil’ (RSPO) et soutient les efforts visant un arrêt total de la déforestation nette de ce secteur, d’ici 2020.

Industrie minière

Partout dans le monde, le Groupe BNP Paribas encourage les sociétés minières et les projets miniers à employer et adopter une démarche exemplaire en matière de responsabilité sociale et environnementale. Une liste de critères obligatoires a été déterminée, et chaque projet est évalué notamment en fonction de ses conséquences pour les populations, l’environnement, la santé et la sécurité.

Biens et activités exclus

Outre ces politiques sectorielles, BNP Paribas Fortis a exclu certains biens et produits. La banque ne s’engage dans aucun financement, investissement ou opération pour des produits tels que le tabac, la fibre d’amiante, les armes controversées, le PCB, les filets dérivants ou le commerce de tout produit animal ou végétal protégé.

Pour en savoir plus sur ces politiques sectorielles, consultez www.bnpparibasfortis.com